Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Orchidium-Vaunage

Orchidium-Vaunage

Passion des Orchidées en partage , leur mode de vie , leur culture , côté jardin les exotiques, tropicales, cactées etc

Publié le par daphnie
Publié dans : #Orchifidélité

Considéré comme l'un des plus beaux hybrides de par la grandeur de ses fleurs, ce Brassia issu du mariage entre B. Arcuigera x B. Gireoudiana offre des tiges portant des fleurs gracieuses en début d'été  pour un plaisir sans nom , mais toutefois inouï pendant 3 à 4 semaines .

Les Brassia tiennent leur nom d'un botaniste Anglais William Bross Qui collectionnait des plantes en Afrique , alors qu'on les retrouvent à travers toute l'Amérique tropicale, à une altitude inférieure à 1500 mètres, depuis la Floride jusqu'au Brésil en passant par les Antilles et l'Amérique centrale .

Ceci nous donne une indication majeure quant au mode de culture à privilégier ils sont avant tout des tempérés , ils ne se plairont pas dans des conditions fraîches .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

après avoir été transférés dans d'autres genres comme les Ada  ils ont repris leur place au sein du genre Brassia pour aujourd’hui se retrouver au nombre de 40  .    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Essentiellement  épiphytes avec un rhizome bien marqué sur lequel les nouveuax pseudobulbes apparaissent . Chaque pesudobulbe peut porter une à deux hampes florales d'une dizaines de fleurs au parfum épicé poivré .

Son allure terriblement arachnoïde du fait des longs sépales et pétales lui vaut le surnom d' "Orchidée araignée "

Son intimité livrée aux regards dévoile  à l’extrémité supérieur du labelle , un cal aux lèvres charnues ourlées d'un liseré jaune vif ponctué en son centre de taches orangée , surmonté d'un capuchon jaune sous lequel on peut voir les pollinies .

Ses exigences :

Lumière intensive l'hiver , et voilée à l'estive , un feuillage qui prendrait des couleurs claires pourrait vous alerter d'une trop grande luminosité .

Les températures des appartements  leur sont satisfaisante .

L'arrosage sera régulier sans période de repos

La fertilisation sera abondante ce sont des plantes vigoureuses qui ont besoin d'un support nourricier en conséquence

Le rempotage aura lieu tous les deux à trois ans et pourra faire l'objet d'une division en prenant soin de conserver 3 bulbes par séparation

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En résumé les Brassia sont des plantes faciles dont il ne faut pas se priver

Merci de votre fidélité prochainement un petit détour par le jardin à très vite Daphnie

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #au fil du temps

Ce jardin façonné par le temps et les mains de la jardinière respire et soupire , vibre et sommeille, se révolte aussi à supporter les agitations de Monsieur Mistral qui n'en finit pas de tourbillonner sans aucun ménagement.  Il aspire à ce que la tempête s'éloigne et alors profitant des rayons lumineux du soleil il explose de beauté  .

 

 difficile a capturer de par sa couleur violine avec seulement  quelques touches de blanc au creux des pétales .

Un parfum sublime

quelqu'un saurait il lui redonner son nom ?

 

 

 

 

 

 

elle a tout mes suffrages et je lui pardonne sa résistance à l'objectif .

Scentimental rosier floribonda  robuste parfumé assez hostile aux pucerons 

Qu'importe les épines , la rose est un chef d’œuvre de finesse et de poésie  elle n'en finit pas de nous séduire , pas sa délicatesse , sa générosité, sa grâce, son opulence, souvent parfumée , toujours élégante ,  puisse t'elle sublimer l'esprit de la femme .

Bonne semaine au jardin à très vite .

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie J.D
Publié dans : #Généralités & Cultures

Classification:   famille des Epidendroideae, Laeliieae

Ce genre allié au genre Epidendrum et Cattleya comprend environ 17 espèces dont 15 au Mexique

Étymologie :  le genre fut établi en 1818 par Georges Knowles et Frédéric Westcott et nommé en l'honneur de Georges Barker horticulteur britannique .

Habitât naturel :

Originaire du sud du Mexique, du Guatemala, du Salvador, et du Nicaragua.

On le rencontre principalement sur des chênes , dans les forêts claires à des altitudes comprises entre 1500 et 2500 mètres .

Description :

Epiphytes  ou lithophytes les tiges en formes de cannes sont porteuses de feuilles souvent caduques , linéaires ou ovales ,  marquées de rouge.

L' inflorescence parfois ramifiée  aux fleurs souvent terminales grandes , nombreuses ( 25 à 30 ) de longue durée, parfumées , colorées du blanc , rose lilas , magenta,

Pétales et sépales très semblables  bien étalés , le labelle nettement plus grand s'oriente vers le bas avec un callus caréné ( parti du labelle épaissi formé par les deux pétales inférieurs) parfois teinté de jaune .

Les pollinies sont au nombre de 4

Les inflorescences de nombreuses de ces espèces sont traditionnellement vendues sur les marchés du Mexique en particulier lors des fêtes religieuses.

Culture :

Ils nécessitent une exposition très lumineuse , voire m^me ensoleillée , ils se cultivent en climat tempéré chaud d'Avril à Octobre , tempéré frais en hiver .

Les arrosages seront très réduits en hiver afin de marquer une période de repos , ce qui aura pour effet pour certains , de provoquer une floraison.

Du printemps à l'automne ils seront très copieux avec un apport d'engrais une fois , une fois non .

Ils peuvent se cultiver en panier suspendu , pour ceux cultiver en pot le substrat devra être léger et très aéré avec un rempotage tous les deux ans.

Un passage au jardin l'été dés que les températures sont au dessus de 15° et abritez les plantes en cas de pluie prolongée .

 

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #au fil du temps

Le jardin est toujours une source de plaisirs renouvelés au rythme des saisons .

Il  reste l’élément phare dans lequel nous pouvons puiser à volonté des émotions , des vibrations , des sensations qui nous transcendent parfois bien au delà  de notre savoir , pour rejoindre l’imaginaire  et permettre à  notre esprit de s'évader au delà des frontières

 

 

Sambucus nigra

Cet arbuste au feuillage magnifiquement découpé , au bois creux et tendre servait à faire des  instruments à vent , flûtes ,  sifflets et ses fleurs en ombelle sont agréablement parfumées

 

Divine liane aux  boutons roses et aux  fleurs blanches  parfumées Trachelospermun jasminoïde on ne s'en lasse pas .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Entre le rosier blanc et le seringat c'est à celui qui offrira sa blancheur la plus immaculée , qui disposera de façon la plus originale  ses étamines jaune d'or .

 

 

Ses bouquets terminaux qui gardent quoi qu'il arrive cette grâce innée me  font fondre littéralement. 

 

 le  philadelphus   du nom de  " seringa   "qui  lui vient d'une tradition ancienne qui consistait a évider ses tiges pour s'en servir de seringues.

   

Star des jardins depuis si longtemps la pivoine est nommée  " la rose de Pentecôte " chez les Allemands.L es Grecs la qualifiait de "reine des fleurs " et l'avait dédiée au Dieu Péon d'où le nom latin de Paeonia.

La pivoine apparait dans l'antiquité mythologique comme un médicament   sous forme de baume calmant  à base pivoine .

Très prisé des fourmis qui s'abreuvent des sucs extrêmement riches en sucre.

Les pieds dans l'eau la tête au soleil il offre un joli graphisme .

Belle semaine au jardin à très vite

 

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Orchifidélité

Vision très colorée et forme un brin excentrique que l'on se plait à prendre de dos, de face, de côté,   tant le graphisme interpelle agréablement . Une tige florale se prolongeant à l'infini et le bonheur affiche complet .

Je n'entrerai pas plus dans les détails de sa culture puisqu'il vous a été récemment présenté ( mars 2019 Bulles de bonheur Epidendrum pseudepidendrum x melanoporphyreum, petite merveille du genre déniché chez :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

floraison sur les deux cannes en même temps 3 et 2 boutons

Un oiseau prêt à s'envoler ?

Il faut bien du talent à la nature pour arriver à une telle perfection

Côte à côte avec la variété alba

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les pétales et sépales de la variété album sont vert , et brun sur l'autre

 

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Orchifidélité

Cette petite orchidée terrestre dotée de petits rhizomes prospère à l'aise dans nos jardins à l'ombre des arbres , dans une terre de préférence acide , protégée l'hiver par un épais tapis de feuillage , en région sud de France les rhizomes peuvent demeurer en terre .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

adopté depuis  longtemps  (2004 ) les deux couleurs se mêlent avec une grande subtilité pour un effet  visuel des plus charmants . Depuis tant d'années c'est aussi témoigner de leur résistance . En hiver la plante disparait totalement pour réapparaître au printemps , entre le feuillage la hampe florale se faufile rapidement pour offrir ses clochettes .

Bien installer dans le triangle central elles ne bénéficient d'aucun traitement particulier  arrosées en même temps que les autres fleurs , les deux , trois rhizomes du départ se sont largement démultipliés .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #au fil du temps

  Chargée d'un ciel  bas, sous la grisaille, la pluie  fine tombe presque silencieuse . Le jardin s'égoutte , s'abreuve, se ressource , profitant de la manne céleste arrivée juste à point pour désaltérer les assoiffées.

Feuilles et fleurs laissent doucement s’échapper les gouttelettes un instant retenues , disposées de façon telle que la photographe  en profite pour capter la scène enrichie par ses perles naturelles .

La nature est immensément belle  .

 

Fleurs d'ail, pétunia, pélargonium, sauge, ou encore rhododendron s'énorgueillirons des perles de beauté

A se rapprocher on se prend à vouloir pénétrer dans l'intime , le détour est si riche de détails abrités  que l'on est à la fois fasciné et troublé devant tant de merveilles .

Focalisées, capturées par l'objectif , les partager ensuite reste une belle aventure .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

bletilla striata

comment ne pas être fasciné par la structure florale mise en place par ces fleurs de citronniers.

Je vous souhaite une bonne semaine au jardin à très vite .

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #au fil du temps

Un pied dans la serre , l'autre dans le jardin la passion de la jardinière n'en est as pour autant déstabilisée. Elle s'émerveille de chaque floraison.  Ressent toujours une profonde émotion à la découverte du renouveau , à la fidélité des espèces déjà bien installées depuis longtemps ou encore de celles qui en sont juste à leur acclimatation.

la liane de la Bignone capreolata persistante en Vaunage ne s'est délestée que de quelques feuilles  cet hiver , sa parure d'un vert foncé brillant se pare d'une foultitude de petits cornets rouges à l'extérieur , jaune en dedans évoquant les délices exotiques et invitant à une pause  " café " par les effluves qu'elle disperse amplement .

La cimbalaire des murailles suscite en moi un sentiment de tendresse je la trouve très courageuse , un rien d'espace lui suffit , elle en profite pour s'étaler et prospérer .

Retour des tulipes aux teintes toniques son jupon frangé lui confère un air de "Grande aristocrate "

jolie pièce florale.

 Apporté par une passionnée " merci beaucoup " l' Oxalis corniculata nommé à La Réunion Ti- trèfle espèce très commune partout dans l’île , est considéré comme une adventive , qu'importe je l'ai installé dans un pot , s'il décide d'extrapoler ses graines on jugulera . Ses petites fleurs sont comme des soleils et méritent une place dans ce jardin de curé .

  Primula auricula à collerette verte.

                                                        Bonne semaine au jardin à très vite

 

                                                                               Daphnie

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Généralités & Cultures

Classification :   Epidodendroideae , cymbideae, maxillariianae, le genre comporte 9 espèces apparentés aux lycastes , plus 4 hybrides naturels qui ont été classés en deux groupes selon les couleurs de leurs fleurs .

Anguloa à fleurs jaune ou rouge ou encore jaune et rouge  appelés " tulipe jaune "

Anguloa à fleurs blanches ou blanches et roses .

Originaire du Venezuela et de Colombie une floraison qui intervient en période estivale pour une durée de 3 semaines environ.

Etymologie : Le nom du genre en hommage à Don Francisco de Angulo directeur général des mines du Pérou et passionné de la flore florale .

Habitât naturel :

On les rencontre dans les régions tempérées des Andes à des altitudes comprises entre 1500 et 2100 mètres . Venezuela , Colombie, Équateur, Pérou

Description :

Genre sympodial  épiphytes ou terrestres , parfois lithophytes en position plus exposée au soleil, gros pseudobulbes à hautes et larges feuilles plissées souvent caduque à l'automne .

La hampe florale prend naissance à la bas des pseudobulbes , et offre une grande fleur plutôt charnue en forme de coupe , parfumée et peu ouverte.  pétales et sépales libres entre eux et similaires , mais les pétales sont plus petits . sépales latéraux décurrents le long du pied  de la colonne . Le labelle coriace , trilobé est caché par les autres pièces florales

Originaire des zones montagneuses du Venezuela et de Colombie cet hybride primaire entre Anguloa Clowesi et Anguloa hohenlobii est un des plus rare, le revers des sépales est jaune et l'intérieur des sépales et des pétales est rouge .

Les Anguloa sont très proches des lycastes avec lesquelles elles sont très souvent hybridées

Anguloa uniflora fut découverte à Muna sur les pentes orientales de la cordillère des Andes

Culture

choisir des pots stables , bien drainés avec un substrat pour orchidées à changer tous les 2 ans .Les Anguloa supportent mal la chaleur , mais ont besoin de lumière intense sans soleil direct .

Arrosages fréquents en période de végétation du printemps à la fin de l'été , en évitant de mouiller les feuilles et les nouvelles pousses qui sont fragiles .

Garder une hygrométrie autour de 50% est souhaitable .

En hiver les arrosages plus espacés , l’hygrométrie plus faible , l'apport d'eau juste nécessaire pour éviter le flétrissement des pseudobulbes .

Chausson d'amour divin , totalement irrésistible

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #au fil du temps

Unie pour le pire et le meilleur la jardinière s'adapte aux caprices d'avril qui s’encapuchonne pour se protéger des rafales de vent froid , et si les giboulées de mars sont loin , les averses bienfaitrices abreuvent les plantes qui mettent à profit cet élixir de vie si nécessaire à leur épanouissement.

La ronde des freesia

 

 Magie des couleurs acidulées

Frénésie des effluves douceureuses

Rusticité à toute épreuve

Fidélité des floraisons printanières

bonus en tout genre ......

Tout en poursuivant notre bonhomme de chemin, restons craintif à la colère d'avril , la vigilance s'impose

Estival ou glacial, aride ou torrentiel le ciel d'avril ne cesse de surprendre " jamais pluie de printemps n'a passé par mauvais temps "

Les agrumes en ont profité pour se vêtir de leur parure si pure si odorante et, si pleine de promesses 

 

 

A l’écart quelques iris de Hollande se fraient un passage à travers le feuillage du ciste MR A

lan Frad

Passez une bonne semaine au jardin à très vite

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog