Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Orchidium-Vaunage

Orchidium-Vaunage

Passion des Orchidées en partage , leur mode de vie , leur culture , côté jardin les exotiques, tropicales, cactées etc

Publié le par daphnie
Publié dans : #Labelorchidee

Panisea uniflora semble s'être longtemps cherché , après avoir été classé synonyme de Coelogine ,il est aujourd’hui répertorié  aux Jardins de Kew comme genre à part entier répartis en 7  espèces épiphytes ou lithophytes répartis dans l' Inde  et  la Chine .

On le rencontre notamment au Népal entre entre250 et 2300 mètres . D'aspect miniature compact , des pseudobulbes ovoïdes sur lesquels à leur base émerge une hampe florale courte porteuse d'une fleur unique aux tons jaune  virant légèrement vers le rose saumoné sur son labelle et en fin de floraison.

Panisea signifie  égaux sans doute pour faire référence aux sépales tous semblables.

Ses besoins en humidité ne sont pas très important il est bon de maintenir son taux à 50%  et de le conduire en culture mode tempéré  sans période de repos , de lui choisir une exposition moyennement éclairée.

Si la plante est de taille moyenne son inflorescence  unique ne passe pas inaperçue, offrant un ordre de grandeur quelque peu disproportionné  .

  ici en fin de floraison où ses couleurs saumonées s'accentuent sur le labelle lui donnant un aspect encore plus charmeur .

En préparation Epidendrum René  Marqués ,Epidendrum falcatum , Dendrobium densiflorum, zigopetalum à très vite .

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Labelorchidee

Originaire principalement de Bornéo et rencontré  à des altitudes comprises entre 0 et 850 mètres cet épiphyte parfois lithophyte de petite taille présente des aspects tout à fait séduisants , et pour ma part je n'y es pas échappé.

Tout d'abord un parfum léger est venu timidement  me taquiner ,  comme une invitation sans doute au rapprochement , le reste s'est fait en un clin d’œil.

Des fleurs de petites taille (3cm ) portées par des hampes d'abord dressées , puis arquées , jaunes à jaunes verdâtres ponctuées de taches rouges se positionnaient avec grâce .

 

 

L'inflorescence se caractérise par sa forme aplatie en zigzag ,  continue de grandir pendant toute la péroide de la floraison . Les fleurs s'épanouissent les unes après les autres . Sa floraison est possible toute l'année avec une période de préférence d'avril à juillet .

 

Cette espèce peut produire des fleurs pendant plusieurs années sur la même hampe . Il est donc très important de bien la conserver et de ne pas la couper.

 

 

 Les sépales latéraux sont larges et ponctués de taches rouges , le labelle trilobé de couleur blanc jaunâtre se termine par une petite dent pointue .

Ce Phalaenopsis se cultive en tempérée chaud, dans une atmosphère très humide , ensoleillée  sans période de repos si ce n'est qu'un léger ralentissement sur les arrosages pendant l'hiver .

Une luminosité maximale est nécessaire pour assurer ses futures floraisons .

A très vite .

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Labelorchidée
Des soucis personnels m'ont éloignée de mes publications , merci à vous d'avoir patienté
C'est aussi trouver les gestes et les mots qui donnent le courage .

C'est aussi trouver les gestes et les mots qui donnent le courage .

Le genre lycaste a longtemps fait l'objet de controverse chez certains  botanistes et de ce fait fut classé dans le genre Maxillaria avec lequel pour ma part je ne trouve pas de ressemblance évidente .

Lorsque je me trouve face à un lycaste , la fleur n'évoque pas pour moi un Maxillaria et vice versa

Ici ce Lycaste hybride aux pseudo bulbes ovoïdes surmonté de 3 grandes feuilles plissées promet de devenir une plante imposante .

Les inflorescences prennent naissance à la base , uniflores  elles sont odorantes , pendantes sur un pédoncule d'environ 15cm .

 

Dans la fleur on distingue les 3 divisions externes ( les sépales ) les trois sépales étant presque identiques.

 

Les 3 divisions internes ( les pétales ) deux sont latéraux et supérieur , le troisième inférieur ( le labelle ) est légèrement cranté

 

 

La disposition de ces divisions permet de dire que les fleurs des lycastes sont résupinées, entre autre elles ont pour particularité d'être toutes hermaphrodites .

 

 

 

Ce lycaste hybride semble avoir des liens de parenté avec Lycaste skinneri  et Lycaste virginalis .

Pour la petite histoire Lycaste skinneri est l'emblème national  du Guatémala  elle fût découverte dans les forêts de San Bartolo au Mexique .

Elles se sont adaptées aux différents milieu et climats et ont colonisé l'Amérique Tropicale .

La plante se cultive en serre tempérée / froide , une exposition lumineuse bien ombrée en été , avec une bonne ventilation .

Arrosage et fertilisation réguliers tout au long de l'année , avec une période de repos novembre décembre juste avant la floraison qui intervient généralement entre janvier et février .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

merci de votre patience

 

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog