Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Orchidium-Vaunage

Orchidium-Vaunage

Passion des Orchidées en partage , leur mode de vie , leur culture , côté jardin les exotiques, tropicales, cactées etc

Publié le par daphnie
Publié dans : #Labelorchidée
Des soucis personnels m'ont éloignée de mes publications , merci à vous d'avoir patienté
C'est aussi trouver les gestes et les mots qui donnent le courage .

C'est aussi trouver les gestes et les mots qui donnent le courage .

Le genre lycaste a longtemps fait l'objet de controverse chez certains  botanistes et de ce fait fut classé dans le genre Maxillaria avec lequel pour ma part je ne trouve pas de ressemblance évidente .

Lorsque je me trouve face à un lycaste , la fleur n'évoque pas pour moi un Maxillaria et vice versa

Ici ce Lycaste hybride aux pseudo bulbes ovoïdes surmonté de 3 grandes feuilles plissées promet de devenir une plante imposante .

Les inflorescences prennent naissance à la base , uniflores  elles sont odorantes , pendantes sur un pédoncule d'environ 15cm .

 

Dans la fleur on distingue les 3 divisions externes ( les sépales ) les trois sépales étant presque identiques.

 

Les 3 divisions internes ( les pétales ) deux sont latéraux et supérieur , le troisième inférieur ( le labelle ) est légèrement cranté

 

 

La disposition de ces divisions permet de dire que les fleurs des lycastes sont résupinées, entre autre elles ont pour particularité d'être toutes hermaphrodites .

 

 

 

Ce lycaste hybride semble avoir des liens de parenté avec Lycaste skinneri  et Lycaste virginalis .

Pour la petite histoire Lycaste skinneri est l'emblème national  du Guatémala  elle fût découverte dans les forêts de San Bartolo au Mexique .

Elles se sont adaptées aux différents milieu et climats et ont colonisé l'Amérique Tropicale .

La plante se cultive en serre tempérée / froide , une exposition lumineuse bien ombrée en été , avec une bonne ventilation .

Arrosage et fertilisation réguliers tout au long de l'année , avec une période de repos novembre décembre juste avant la floraison qui intervient généralement entre janvier et février .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

merci de votre patience

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Labelorchidee

Après Polystachia galeata  je n'ai pu résister au charme de ce Bulbophyllum .

Le genre représenté par plus de 1000 espèces se caractérise amplement par leur forme de croissance et des fleurs défiant toute concurrence artistique .

Leur ingéniosité est illimitée et souvent époustouflante .

Épiphyte natif de Hongkong et du Vietnam , il vit dans les espaces ombragés et humides , sa floraison intervient en hiver .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De petite taille l'espèce est classée naine , ses rhizomes rampant sont pourvus de pseudobulbes cylindriques surmontés d'une feuille elliptique ( ovale resserrée aux extrémités en forme d'élipse ) .

Les hampes florales partent de la base offrant une fleur solitaire dressée sur un pédoncule de 6 cm environ.

 

Les sépales ont la forme de coquilles ovales roses striés longitudinalement de pourpre .

 

Les pétales légèrement translucides sont nettement plus petits que les sépales .

 

Le labelle est mobile et ponctué de pourpre ou de rose à l'extérieur.

 

Une odeur fort agréable mélange de parfum subtil se dégage remplaçant avantageusement la petitesse de sa taille .

Il se cultive en tempéré- chaud  avec une forte hygrométrie , il faut se souvenir qu'il vit dans la nature dans les espaces ombragés et humides . Il se contente d'une moyenne luminosité et ne demande aucune période de repos pour installer sa floraison.

en un mot pourquoi se priver d'une si jolie merveille ?

Cette espèce quoique naine n'en est pas moins remarquable les fleurs de 2,5 à 3cm attestent d' une parfaite élégance et leur port dressé affiche une grande fierté .

Notre rencontre à l'occasion du Salon Rêve d'Orchidées est une excellente opportunité . D'un spécimen à l'autre les couleurs peuvent être plus pales comme la photo prise  ci dessous

Le choix reste une question de préférence personnelle . A très vite 

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie

Juste impossible de ne pas tomber " en amour" la multiplicité des genres regroupés pour l'occasion d'un salon , est une véritable source de tentation . En orchidophile passionnée je ne comptais pas y échapper , mais au contraire  satisfaire  dans la limite du raisonnable ( si raison il y a ) quelques coups de cœurs (4 )  . 

Il ne serait pas juste de parler de déballage et pourtant les stands des producteurs sont gorgés de plantes , installées les unes contre les autres il faut avoir l’œil et le bon pour dénicher celle qui va devenir fatalement l'orchidée convoitée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette plante de taille moyenne aux tiges érigées feuillées  avec une inflorescence terminale en grappe à éclosion successive laissant échapper des effluves délicates qui rappellent le narcisse .

Ils ont une distribution géographique élargie , on les retrouve en Guinée au Sierra Leone , Liberia, Côte d'Ivoire, sud du Nigeria, Congo

dans les forêts sempervirentes humides à des altitudes entre 400 et 2200 mètres , parfois en plein soleil.

On aime c'est aspect encapuchonné d'où se libère les sépales avec des petites prolongations apiculées près de leur extrémité

Sa couleur crème doucement relevée par des touches de pourpre venant ça et là se disposer harmonieusement.

 

Les Polystachyia regroupent environ 23 spécimens

 

Culture en serre chaude sans période de repos arrosage et fertilisation toute l'année .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

petite clochette pour fée lilliputienne il faut souhaiter que l'an prochain elle sonnera  l'heure des retrouvailles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A très vite pour partager avec vous le coup de cœur suivant

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Présence & Partage

Ce dernier volet va clôturer ma visite en partage du 19ème Salon international d'orchidées à Vergèze .

L'an prochain cet Espace fêtera ces 20 années d'Exposition dédiées à la fleur de légende , la première mise en scène  fut parfaitement réussie et tout naturellement l'idée de la pérenniser germa  . L'aventure prenait son envol et aujourd’hui parfaitement implantée elle suscite toujours  autant d'engouement et demeure la fierté de tous ceux qui  participent de loin ou de près à sa continuité .

                                                  place aux reines de la fête

harmonie des teintes juste pour la délicatesse des tons , entre genre totalement différents.

Un regard toujours envieux pour les Masdevallia et leur forme atypique , à regret car le climat ici ne s'y prête guère trop chaud et trop sec en été  ( Gard ) s'est la mort assuré de la plante

les Odontoglossum furent les invités d'honneur de l'exposition 2006 à cette  occasion le botaniste bien connu Mr Jean- Marie Pelt fit une conférence  sur la sexualité des orchidées.

Ces rencontres sur un Salon de cette importance permette de se retrouver face à face avec des spécimens pas toujours facile a rencontrer le genre Cycnoches

Notre prochain rendez-vous le partage de mes coups de cœur à très vite .

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Présence & Partage

L'orchidée souvent promue séductrice, conquérante,  mystérieuse, pourrait sans nul doute incarner la fleur idéale pour fêter l'amour,  et la passion . 

Son pouvoir de séduction intimement lié à celui de la reproduction , elle multiplie  ses stratagèmes , défiant, rusant, pour attirer le partenaire idéal vers  la course effrénée de l'ultime consécration . 

Quelques potées saisissantes attirent le regard

l'originalité s'inscrit dans le genre Oncidium enjuponné

 

 

 

le genre Dendrobium                                                     

Dendrobium ionopus  généreux en floraison

                                                                Epidendrum ibaguense

insolite et majestueuse

Un Coelogine très prisé des collectionneurs  et des Vanda au top des couleurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                   Juste lumineuses

le prochain volet clôturera la visite de ce Salon à très vite 

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Présence & Partage

Déambuler à la recherche de l'orchidée qui est passée inaperçue au milieu des autres parce que plus petite ou moins colorée est toujours récompensé . Impossible de repérer en un seul passage tous les spécimens . Il est nécessaire de prendre son temps , et quoi de plus agréable que d'admirer la nature représentée par une famille des plus prestigieuse ,  l'Orchidée.

  couleur safranée , labelle frangé tout pour attirer le regard.

Souvent cultivée pour sa floraison exceptionnellement généreuse cette Himalayenne peut se rencontrer à des altitudes pouvant atteindre les 2600 mètres  

 

 

 

 

 

 

 

La richesse des formes , le détail des pointillés sur le labelle , l'harmonie des couleurs , autant d'atouts de séduction ne peuvent laisser indifférent

 

 

 

 

Les Cattleya à grandes fleurs remportent souvent la palme des suffrages

 

 

 

facile de culture refleurissant assez régulièrement ils nécessitent surtout une surveillance soutenue pour dépister les attaques de cochenilles qui se logent sans prévenir entre le voile protecteur et le pseudobulbe .

A l'abri des regards elles attaquent la plantes en pompant la sève et les premiers signes de souffrance apparaissent parfois un peu tard , d'où la nécessité de déchirer délicatement  ce voile en deux en le rabattant sur le bulbe .

 

 

 

 

En plus de sa prodigieuse beauté on aime  le subtil parfum de ce Rhyncholaelia digbyana

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laeila anceps superbe espèce au port compact aux fleurs parfumées se distingue par son labelle marqué de pourpre à son  extrémité et , et de jaune dans sa gorge . La plante peut prendre des proportions impressionnantes et au moment de la floraison prendre des allures féeriques .

merci de votre visite on se retrouve très vite                                                       Daphnie

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Présence & Partage

Grand moment d'émotion en présence de tant d'Orchidées accueillies dignement dans un décor toujours plus créatif et innovant mis en place par les membres de l'Association Orchidées Languedoc.

Je me devais de partager avec vous quelques unes de ces merveilles et par la même occasion de revivre ces instants que l'on voudrait prolonger à l'infini.

Le genre Angraecum toujours très spectaculaire et souvent parfumé , il laisse rarement indifférent

Des formes absolument improbables, qui laisse curieusement admiratif , attentif à chaque détail .

Masque carnavalesque  !!!!! la nature aime nous surprendre, excelle divinement bien dans ce rôle . Les" sabots de vénus " avec leur forme reconnaissable nous offrent un grand choix de " pantoufle" avec leur petit sac douillet place donc à quelques Paphiopedilum .

Aladin prête au romantisme 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paphiopedilum bellatulum très admiré et convoité                 Paphiopedilum tranlienianum

 

 

Le choix est cornélien les sépales dorsals rivalisent d'ingéniosité tantôt en forme d'étendards dressés à bords simples , ou bien frisotés ou encore adoptant une flexion plus ou moins accentuée , allant jusque à recouvrir la colonne en guise de simulation pudique .

Tout chez eux est étonnant , et  ils sont très prisés des orchidophiles .

            Paphiopedilum maudiae

A l'occasion de ce salon  nous avons pu admirer ces nombreux spécimens de telles opportunités ne peuvent avoir lieu qu'avec la participation de producteurs professionnels  internationaux , les expositions sont des concentrés de merveilles à découvrir et à partager .

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Généralités & Cultures

Cet hybride intergénérique ( qui résulte d'un croisement de deux genres différents ) dont les ascendants sont Mitonia, Odontoglossum , Oncidium .

perpétue la mémoire de Sir Jéremiah Colman , éminent orchidoculteur britannique .

Leur mode de végétation sympodiales persistantes, à pseudobulbes . Certains ressemblant à des oncidium mais avec des couleurs vives bordeaux, jaune , acajou, violine, évoquant des papillons posés sur les longes tiges arquées .

d'autres arborent de grandes fleurs rondes , généralement tachetés les bords de pétales souvent ondulés .

La hampe émergeant  des grandes feuilles vertes lustrées on pourra les couper après la floraison les suivantes n'auront lieu que sur les nouvelles pousses arrivées à maturité .

Leur floraison est très souvent spectaculaire avec des fleurs de grande variété de couleurs vives , intenses aux motifs voyants pouvant intervenir quasiment à n'importe quelle période de l'année, parfois même 2 / 3 fois l'an avec une longue durée de 4 à 6 semaines  .

Leur culture se rapproche de celles des Odontoglossum , suivant les ascendant elle pourra se conduire en tempéré / froid . Celles ci dans l'idéal devraient évoluer entre 18° et 24°

C'est dire en même temps les difficultés qui pourront se rencontrer en région au climat chaud et sec l'été .

Les bassinages et l'hygrométrie ambiante devra être maintenue élevée afin de protéger leurs fines racines.

Gourmands en lumière leur feuillage sera un indicateur se parant de pourpre lorsque celle- est optimale .

Ces hybrides compacts conviennent parfaitement à un rebord de fenêtre . Un sujet adulte bien soigné peut supporter jusqu'à 50 fleurs simultanément d'où la possibilité de pratiquer une division à l'age adulte .De quoi faire plaisir autour de soi .

  Un hybride facile pour ddébutants passionnés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A très vite

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Orchifidélité

Acquise en 2018 à l'exposition de Fontfroide auprès d'Hélène Jacq ce spécimen monopodial de petite taille a su s'adapter à son nouveau milieu et me gratifie de sa floraison .

Lors de sa présentation dans labelorchidée le 18 novembre 2018 on avait remarqué que certaines fleurs se présentaient en mode" résupiné" et je peux constater qu'il en est de  même pour sa  refloraison .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ses fleurs de 1cm tout au plus gardent une infinie délicatesse, son labelle blanc en forme d'éventail finement picoté et denté le rend attendrissant .

La plante reste de taille petite à moyenne et n' a pas pris beaucoup plus en hauteur depuis son acquisition , si bien qu'elle peut s'incorporer facilement dans une collection .

A très vite  Daphnie

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Labelorchidee

Bien commencer l'année avec une nouvelle floraison c'est le souhait de tout orchidophile passionné et ce Dendrobium ionopus  se révèle être un sujet non dépourvu d'intérêt .

Peu de renseignements trouvés dans les manuels sinon que cette espèce se rencontre dans les forêts humides entre 900 et 1000 mètres aux Philippines à Java et au Japon

je vais donc m'en tenir à ma propre observation pour vous le présenter .

le port de la plante prend une allure quelque peu dégingandée avec ses cannes de tailles fines comme un crayon à papier , et sa nudité , seule les nouvelles pousses sont feuillées en apex .

 

Lorsqu'un léger renflement apparait à la jointure des nœuds on doit s'attendre à de belles surprises.

Rapidement un petit pédoncule 8 à 10 cm se développe porteur d'une douzaine de boutons floraux , dans le style jolie grappe .

 

 

 

 

 

 

la fleur d'un jaune luminescent , presque aussi haute que large, avec des pétales latéraux symétriques , des sépales un peu plus petits et le labelle trilobé se prolonge par un éperon assez volumineux , conférant à la fleur un air tubulaire tout à fait exquis.                  

Après la période estivale au jardin à l'ombre où il a reçu arrosage et fertilisation régulièrement , en automne rentré dans la serre je ne lui ai offert que de la lumière réduisant presque en totalité tout apport d'eau et d'engrais seules des brumisations ont assurés la suite de sa croissance.

La vision de ces grappes dorées suspendues dans l'air qui pourraient virevolter au moindre souffle parce que légères, font oublier qu'il n'a presque pas de parure verte.

Si vous le rencontrez , n’hésitez à l'adopter 

 

 

 

 

 

 

En résumé : offrez lui de la lumière

                   arrosage et fertilisation pendant toute sa période de développement ( printemps été ) du repos dés que les jours raccourcissent en automne et attendez avec patience la mise en boutons pour votre plus grand plaisir

  

 

A très vite  Daphnie

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog