Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Orchidium-Vaunage

Orchidium-Vaunage

Passion des Orchidées en partage , leur mode de vie , leur culture , côté jardin les exotiques, tropicales, cactées etc

Publié le par daphnie
Publié dans : #Généralités & Cultures

 

 

Un air de tristesse indéniable , pour un geste inapproprié .

Avant d'aborder le sujet dans son ensemble, toujours garder à l'esprit que " Les petits maux " des orchidées en première instance peuvent trouver des solutions simples et naturelles.

C'est seulement ensuite, et seulement si c'est nécessaire que l'on se tournera vers les produits spécifiques phytosanitaires bio

Tout au long de leur existence les orchidées vont être emmenées à subir des assauts de part et d'autre , que ce soit au niveau : des parasites

                            des prédateurs

                            des attaques bactériennes , mycosiques , virales

                            des carences , en phosphore, cuivre, azote , soit par manque ou par excès

                            des gestes maladroits

Elles n'auront d'autres choix que de nous prévenir ( pas encore en parole ) mais bien par des signaux qui vont se manifester au niveau du feuillage , des racines , et des fleurs .

Ces codes sont tous des SOS d'angoisse et de détresse.  La plante est en situation de stress , garde  cependant l'espoir que nous serons réactifs et interviendrons rapidement .  l'intérêt d'une attention minutieuse et régulière prend ici tout son sens , pour cela on va essayer de se placer dans les différentes situations à laquelle nous pourrions être confrontés.

Les parasites :

 

 

 

 

Les cochenilles

 

 

 les cochenilles farineuses sont des petits insectes blancs mobiles, couverts d'un enduit cireux que l'on trouve sur la face inférieure ( dos ) au bord, à l'aisselle des feuilles , entre les pétales et sépales à la jointure du pédoncule , sur les hampes au départ des bourgeons , glissées dans les attaches ( liens ) surtout s'il s'agit de pinces .

On remarque la présence d'une substance collante poisseuse qui n'est autre que le miellat qu'elles secrètent

Moyens de lutte : pulvérisation d'un mélange de savon noir liquide et d'alcool ménager  ce traitement est à renouveler 3 fois à 15 jours d'intervalles pour éradiquer la population suivante tapie sous forme de larves .

On peut mettre en place un traitement en préventif une fois par mois

3 cs de savon noir pour 1 l d'alcool ménager

Les cochenilles à carapaces sont des petits insectes bruns en forme de petits boucliers à peine plus gros qu'une tête d'épingle qui se placent sur les tiges ( cannes )  souvent dans les nervures , et sur les feuilles. tout autour d'eux la plante prend une coloration jaunâtre

à déloger à l"aide d'un bâtonnet plat style bâton de glace  ou plus simplement d'un coup d'ongle , et pulvériser ensuite avec la préparation savon noir alcool ménager .

Les araignées rouges  très difficile à mettre en évidence car minuscule , on observe des marbrures blanc jaunâtre sur le feuillage qui dénoncent leur présence .

elles s'installent généralement lorsque l'hygrométrie est insuffisante on veillera à l'augmenter , à bien vaporiser le feuillage .

 les prédateurs                                               Les otiorhynques

des encoches profondes au bord des feuilles doivent alerter l' ornithorynque se cache sous les pots et ses larves se nourrissent du feuillage ainsi que des racines.

Il n'y a guère d'autres moyens de lutte que de les dénicher la nuit de préférence  et s'en débarrasser . Il en est de même pour les limaces et les escargots , les déloger reste la méthode la plus efficace , on peut également placer des moules à tartelettes en aluminium garnies de tranches de concombre le contact des deux suscite une réaction chimique à laquelle ils sont sensibles très vite ils vont venir de préférence sur cet ajout de nourriture , la suite vous appartient .....

prochain volet  les attaques bactériennes ........

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Orchifidélité

Les Coelogine sont des plantes assez variables avec des pseudobulbes ovoïdes , ou cylindriques reliées entre eux par un rhizome portant une ou deux feuilles persistantes et nervurées .

le genre comporte un peu plus de cent vingt espèces originaires du sud Asiatique se rencontre en Chine et dans les îles du Pacifique

Coelogine spéciosa est originaire de Birmanie, du Myanmar ainsi que Java Bornéo et Sumatra.

c'est une orchidée de serre chaude elle n'a donc pas souffert des excès de température connus fin juin  et qui se sont poursuivis juillet et août

peu exigeante en culture si ce n'est avide de lumière , elle se contente d'arrosages réguliers accompagnés de fertilisation une fois par mois et ce tout au long de l'année

sa façon de démarrer une floraison a  un côté original et curieux ne dirait on pas une petite tête d'animal ? étrange et touchant . On suit avec impatience l'évolution du bouton  floral et l'on assiste à sa totale transformation .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

petit à petit  le " capuchon " s'étire recouvre ce qui fait penser à un bec et donne une toute autre vision des choses .

Il ne reste plus qu'à attendre le déploiement des pétales , et sépales entre les premières prises de vues et le début de l'ouverture il se sera écoulé une semaine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Coelogine spéciosa est faite pour les amateurs d'orchidées qui veulent apporter une touche toute particulière de charme insolite à leur collection .

les hampes sont très courtes il m'est arrivé de glisser dessous un bouchon de liège pour les soulever un peu .

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #au fil du temps

 

La magie des fleurs et leur pouvoir sont parfois totalement inexplicable , le fait est là bien tangible ressenti comme  un lien invisible, qui soudain ce met en place et devient inéluctable  .

Une attirance irrésistible , un besoin impératif d'admirer , de découvrir, d'entrer dans la précision des moindres détails,  d'être là  à chaque instant   pour surtout ne rien rater de ce que l'on pressent comme l'événement .

Alors   se presse dans vos pensées la question clé    Va t'elle s'ouvrir ce soir ?

, le temps suspens  alors son vol , les instants qui vont se succéder sont entièrement consacrés à vivre en symbiose les moments forts qui vont nous conduire à l'apothéose finale.

Il n'est pas si courant d'éprouver des sentiments d'attirance aussi puissant , mais cette fleur énigmatique a su créer une émotion presque religieuse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant l'épanouissement elle se devra d'effectuer une torsion pour se retrouver en mode ' résupinée" et offrira ainsi à son pollinisateur l’accès direct .

Epiphyllum oxypetalum famille des cactaceae à feuillage persistant d’entretien facile, des besoins en eau moyen , une faible résistance au froid . A résisté cet hiver à - 2° protégée d'un voile et au sec.

Emplacement mi ombre mi soleil levant ou couchant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le tube floral rouge est très long en forme de pipe hollandaise peut mesurer entre 13 et 15 cm de long pour un diamètre de 1cm.

Les pétales extérieurs sont étroits et rougeâtres se distinguant des pétales internes oblongs blancs.

La chaleur joue un rôle important dans le déclenchement de l'ouverture des boutons . Prêt a éclore ils peuvent restés fermés plus longtemps si la température ne remonte pas assez.

l'intérieur est un véritable petit nid douillet , chaque étape de l'ouverture laisse un peu plus entrevoir une myriade de petits filaments porteur de pollen

Epiphyllum oxypetalum se rencontre au Mexique Guatemala Guadeloupe et Martinique .

Dans les manuels il est donné pour une résistance à 13° en réalité il supporte des températures plus basses sous abri et au sec .

Un apport d'engrais " tomates ' dés le mois de mars

Cette fleur exubérante, envoutante, captivante,en Chine se fait appeler Tanhua yi Shiam  qui dure peu de temps . En japonais Gekka bijin la belle sous la lune .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Son port désordonné plus ou moins retombant se ramifie abondamment et avec l'age on obtient des sujets imposants qui nécessitent parfois un bon lestage du pot sous peine de le voir basculer .

 

              For Ever

 

le lendemain 

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Labelorchidee

Après quelques semaines de mise sous silence je reviens vers vous avec une magnifique floraison de vanda Roeblingiana , une petite merveille qui vaut l'adoption sans réserve

Cette espèce singulière à fleurs brunes de diverses nuances est dotée d'un curieux labelle . Monopodiale épiphyte , elle se rencontre au Sri Lanka , la péninsule malaise aux Philippines dans les forêts de chênes entre 1200 et 200 mètres.

Sa floraison intervient en été , ses fleurs odorantes mesurent environ 5 cm de diamètre .

Pétales et sépales jaunes largement maculés de rouge brun .

Le labelle caractéristique aussi large que haut se divise en deux lobes médians en forme d'ancre frangés et ornés de petits cils.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De culture facile cette orchidée s’accommode de températures plus fraîches que la majorité des quelques cinquantaines d'espèces des autres vanda.

Elle se contente de peu de lumière c'est dire encore une fois sa distinction marquée par la différence de ses besoins .

Elle ne demande aucune période de repos , sa culture se fait en pot dans un compost à base d'écorces de pins de moyenne granulométrie , qui devra être maintenu humide.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Température Lumière Arrosage Culture Floraison

serre fraîche à froide

ombragée régulier idem fertilisation écorce de pin  fin d'été

rentré ce jour pour cause de pluie ouverte depuis le 15 aout elle finira sa floraison tranquillement à l'intérieur.

Merci d'avoir patienté on se retrouve très vite

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog