Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Orchidium-Vaunage /  Jardin en Vaunage

Orchidium-Vaunage / Jardin en Vaunage

Passion des Orchidées en partage , leur mode de vie , leur culture , côté jardin les exotiques, tropicales, cactées etc

Publié le par daphnie

Venu en douce par je ne sais quel transporteur/ livreur je me suis retrouvée avec plusieurs pieds d'asparagus sprengeri, ses longues tiges retombantes se retrouvaient au sol en forme rampantes. son feuillage  d'un vert intense, original délicat et vaporeux  perdait dans cette implantation spontanée toute sa beauté.

facile de récupérer ses racines tubéreuses et de les installer dans un pot pour permettre à son port buissonnant  de s'exprimer pleinement, .

Après la floraison ses petites fleurs blanches me donneront  des baies rouges très décoratives.

Cette adorable grimpante au port léger dont les graines m'ont été offerte généreusement  par la jardinière  du Jardin de la Pomme d'Ambre se prélasse , s'étire toute à sa guise.

Elle porte le nom d'Asarine ( Lophospermum erubescens ) appartiens à la famille des Plantaginacées  et se partage un support  en forme de cercle avec la clématite Arabella. La première originaire du Mexique et la seconde des Balkans et de l'Asie Mineure. Rien qu'en terrasse je voyage ....

 

A elles deux elles ont formé un joli méli-mélo dans un camaïeux bleu violet des plus sublime.

Elles hébergent depuis le printemps une épeire  diadème qui a tissé sa toile en dehors du feuillage , mais qui s'abrite à l'intérieur de la couronne.

Lors des arrosages il me plait de réduire le jet en brumisation légère. Aussitôt elle sort de son refuge pour profiter des gouttelettes restées en suspension au bord des feuilles ou des pétales , et entreprend de faire sa toilette à la manière d'un chat .

En dehors du fait pour certains , certaines de ressentir une répulsion pour ces petites bêtes ,force est de constater qu'elles sont  d'une extrême propreté . Ses pattes récupèrent l'eau , elle les passent sur sa tête insistant bien sur les yeux   , pour finir  sur le reste du corps.

Pas du tout dérangée par ma présence .

 

 

 

 

 

 

 

 

ces  grimpantes disparaitront en hiver toutes deux caduques pour renaitre au printemps prochain.

Asarine aura sans doute semé quelques graines qui renforceront l'épaisseur de la couronne . Pour l'instant de nombreux boutons sont à venir.

 

                                                     ici en pleine dégustation d'un repas

La semaine se termine avec cet hibiscus moscheutos, les petites visites en jardineries s'achèvent souvent  avec "une petite dernière" il y a toujours une plante qui vous fait un clin d’œil.

J'ai toujours eu une attirance inexpliquée pour cette plante vivace herbacée, tropicale, facile de culture, très résistante au gel  .  Ses fleurs très colorées  en forme de corolle avec généralement une gorge plus foncée  laissent s'échapper une colonne plus ou moins longue . Ses anthères jaunes se terminent en ponctuation de petits points rouges délicatement veloutés lui conférant une beauté digne d'admiration.

 

        Les joies s'enferment dans les plus petites choses et se révèlent à nous dans le secret du détail.

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Mémoires de jardin

Juillet poursuit son chemin toujours en montée de température , les résilientes en sortiront indemnes, les autres baissent la garde, l'eau apportée ne suffit pas elles suffoquent . C'est un crève cœur que de voir des brulures sur leurs feuilles.

Parmi les plus courageuses venu de l'est de l'Afrique australe , le plumbago auriculata

Il y a bien longtemps lors d'une virée en Provence je tombais sous le charme de deux potées encadrant la porte d'un restaurant. Ses rameaux tantôt retombant gracieusement , tantôt grimpant se rejoignaient pour former une arche bleutée. Charmant accueil  pour les clients qui comme moi ne manquaient pas de s'extasier. Je me suis alors promis d'en adopter un pour mon jardin.

Il y a deux ans un pied fut installé à l'angle d'un mur , son nectar très sucré est très apprécié des papillons et des oiseaux.       

La plante s'appelle également Dentelaire du  Cap car sa racine a été longtemps utilisée en France pour soulager les maux de dents et " du Cap " car elle est originaire du Cap de Bonne Espérance.

Son nom botanique Plumbago vient du mot latin plumbum ce qui signifie plomb on pensait alors que la plante pouvait guérir de l’empoisonnement au plomb , enfin Auriculata signifie en forme d'oreille et fait référence  à la forme des feuilles.

Introduit à Tahiti par le lieutenant de vaisseau Pasquier vers 1870 il fait le bonheur des enfants qui font des boucles d'oreilles avec ses fleurs bleues collantes. Les fleurs coupées fraiches sont frottées sur les zones douloureuses du corps pour apaiser les coups de soleil, brulures, démangeaisons.

Issu également d'une ballade en Uzege l'Impatiens Balfouri ou Balsamine de Balfour ou encore Impatiens du Tibet a su me conquérir . Il a éveillé en moi des souvenirs anciens. En région du Quercy d'où je suis native sur les berges des petits ruisseaux ils se pavanaient. Chaque tige est porteuse d'une multitude de  ramifications  se terminant par de jolis bouquets de fleurs  hermaphrodites bicolores blanches et roses' avec un éperon nectarifère.                    

 

 

Les fruits sont des capsules longues d'environ un à deux centimètres à maturité elles explosent au moindre contact éparpillant au large leur semence. cloisonné dans un grand pot posé sur un support de gravier humide elle apporte au jardin un petit air romantique et fleurit de juin à fin août.

Un petit nouveau est arrivé récemment , originaire d'Argentine et du Paraguay appartenant à la famille des solanacées.

Sa présentation sur tige et sa floraison en forme de boule recouverte d'une myriades de petites fleurs bleues /violet  lui a  valu son adoption.

l'Arbre à gentiane Solanum rantonnetii rebaptisé Lycianthes rantonnetii est décrit comme un arbuste robuste  au feuillage persistant et une floraison qui s'étend du printemps à l'automne.

Le hic car il y en a un , il se montre frileux ,  supportant difficilement les gelées , il va falloir lui trouver une capeline pour cet hiver.

Un petit dilemme semble perdurer et je n'ai toujours pas réussi à l'éclaircir ,certains pourront peut être m'éclairer.

Cette petite Astéracée originaire d'Afrique du Sud , Osteopermun se rencontre dans les jardineries sous le nom de Dimorphoteca la similitude  des fleurs est bluffante et je ne suis pas assez  douée en la matière pour trancher en attendant mieux je me contente donc du nom de  Marguerite du Cap.

elle a fière allure et le choix des couleurs ne manque pas, une bonne résistance à la sécheresse et des floraisons à foison en font l'alliée idéale des jardins .

A l'heure d’aujourd’hui le jardin se lamente, et la jardinière impuissante espère qu'une eau céleste lui apportera tout ce dont il a besoin.

A très vite,  l'espérance reste la meilleure des solutions pour s'accrocher à la vie ........    J. Dauphin

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Mémoires de jardin
ma passion pour les plantes , mon élexir de jouvence, mon enchantement au quotidien

                  Dans ce " PARADIS TROPICAL ÊTRE FLEUR C'EST ÊTRE REINE "

Je fus une, je cherchais deux , puis trouvé trois etc... etc.. C'est ainsi il y a un demi siècle, que l'aventure d' un Jardin en Vaunage a commencé. Au fur et à mesure des rencontres, des coups de cœur, des réussites, des échecs, il a pris toute son ampleur s'est imposé comme une force tranquille, un lieu de paix, de bonheur simple, où il fait bon vivre.

La fleur séduction, insolite, majestueuse, solitaire, minuscule, sauvageonne et plus encore, se rencontre parfois où l'on s'y attend le moins. Bien au-delà de nos jardins , reine des cérémonies , ou symbole de notre mois de naissance pour nous accompagner du départ jusqu'à la fin de  la vie.

     fleur de naissance de juillet le delphinium , il représente la délicatesse , l'ouverture du cœur , la douceur, et la bienveillance.                                                                                                    

 

le genre comprend environ 300 espèces de vivaces, de bisannuelles et d'annuelles presque toutes de l' hémisphère nord, et appartient à la famille des Renonculacées ( famille des boutons d'or )

son feuillage très découpé le rend aérien léger. Il porte à l'arrière de la fleur un éperon rempli de nectar, ce qui lui a valu le nom commun de pied d'alouette en référence à l'éperon que porte celle-ci sur sa patte .

Les Grecs eux voyaient dans la forme du bouton porteur de ce long éperon une similitude avec le dauphin, delphis , d'où le nom de delphinium . plus joli dauphinelle ( petit dauphin )

Les épis floraux sont hauts,les fleurs  habituellement violacées, mais peuvent être bleues, blanches, roses ou rouges., Papillons et guêpes aiment venir siroter le nectar contenu dans l'éperon.

juillet retrouve le panache du flamboyant , il déploie ses artifices au moment où la nature semble s'alanguir sous la pression des montées en température . Comme s'il pressentait des jours difficiles à venir , il donne le meilleur de lui même offrant ses bouquets d'or ornés d'imposantes étamines rouges .

caesalpinia gilliesi issu d'un semis a mis de longues années à fleurir.

sa prestation est toujours très attendue.

J'aime beaucoup les visiteurs surprises ce n'est pas toujours simple de pouvoir capter ces instants furtifs , à gauche un citron de Provence sur une feuille d' épiphyllum , et à droite une cigale au repos.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toujours très généreux l'hibiscus des marais  moscheutos avec sa  floraison spectaculaire sait se faire admirer. Coupe pleine en forme d'assiette à dessert très colorée malgré sa brièveté de floraison m'a pleinement conquise. Une scène différente chaque jour par 2 , par 3 , par 7  le plaisir de cette découverte le matin  ne cesse de me remplir de joie.

 

 

 

Pour lui tenir compagnie une potée de balisier ci dessous      Angèle Martin

la gourmande n'a pas su résister                                        

Depuis quelques années je leur laisse de plus en plus  de place , largement séduite par leurs feuillages évoquant les "bananiers " et leurs panicules dressées au sommet de la tige émergeant en bouquet colorés. Gloutons , avides d'engrais, d'eau , de chaleur et de soleil ils excellent dans les floraisons renouvelées

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'ipomée prend ses aises, avide d'espace ses vrilles enserrent le moindre  support. Ces lanternes bleues soulignent l'espace occupé d'un trait de lumière vive.

 

 

 

 

 

 

tout au long de ce mois de juillet j’essaierai de partager ce vivant qui sème des graines de joies et de  bonheur au quotidien.

à très vite

J. Dauphin

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog