Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Orchidium-Vaunage

Orchidium-Vaunage

Passion des Orchidées en partage , leur mode de vie , leur culture , côté jardin les exotiques, tropicales, cactées etc

Publié le par daphnie
Publié dans : #Généralités & Cultures

Classification : 

Epidendroïdeae, Podochileae, Erinae

Étymologie :

du Grec erion ( laine) faisant ainsi allusion à l'aspect laineux des pièces florales , pétales et sépales entourant les organes sexuels .

Habitât naturel ;

Originaire de Malaisie, Java, Bornéo , Sumatra, du Sud Est asiatique, jusqu'en Nouvelle-Guinée, les îles Samoa, on les rencontre également en Nouvelle-Calédonie , ainsi qu'en Polynésie . Ils poussent dans des altitudes entre 450 et 1900 mètres .

Description :

Ce genre sympodial , épiphytes, parfois lithophytes ou encore terrestre comprend environ 400 espèces d'aspect très variable . Les tiges peuvent être en forme de canne, ou avec un pseudo bulbe  bien développé.

Les fleurs sont souvent petites , très nombreuses aux couleurs plutôt pâles , blanc , beige, verdâtre, ou rosé , mais les bractées florales peuvent être plus grandes et bien colorées . Leur durée de floraison est moyenne , mais pour certain elle intervient plusieurs fois par an.

Ici l'aspect duveteux est bien mis en évidence.

Dans la construction de la pièce florale,  les sépales et pétales sont similaires , le labelle trilobé peut sur certaines  être entier . Le callus est peu développé donnant l'impression d'être absent . Le pied de la colonne est proéminent et forme une sorte d'éperon plus ou moins long .

Culture : 

 L'habitat étant très diversifié il est bon de bien se renseigner sur l'origine de chaque espèce. La plupart sont de culture facile , avec une grande demande d'humidité ambiante , un respect  de leur besoin de période de repos très marquée . Une exposition en mélange d'ombre et de lumière.

 Nota : 

Plusieurs espèces de ce genre ont été transférées ans le genre Pinalia  ( question a débattre avec les botanistes )

Certaines d'entre elles offrent à leur pollinisateur , une nourriture plus ou moins granuleuse , riche en amidon et en protéine . Un échange généreux et ultra performant .

Bonne lecture à très vite                                                                 Dapnie

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Généralités & Cultures

Classification :

Epidendroïdeae , Laeliinae

Ethymologie :

Du grec épi ( sur ) et dendron  (arbre ) en référence à son mode de vie le plus souvent épiphyte qui pousse sur les arbres

Habitât naturel :

On les rencontre dans toute l'Amérique tropicale jusqu'au nord de l'Argentine, au niveau de la mer jusqu'à 2000 mètres d'altitude.

Description :

le genre compte environ 1500 espèces  épiphytes, parfois lithophytes , plus rarement terrestres .

  Les plantes produisant des cannes très fines, parfois avec des pseudobulbes . Ils sont très diversifiés tant par la variabilité des formes de fleurs et des couleurs, leur feuillage est persistant .

Les fleurs sont habituellement résupinées, les sépales libres, parfois partiellement soudées. Les pétales latéraux semblables aux sépales mais souvent plus fins voir filiformes . Le labelle a 3 ou 4 lobes il est rarement entier .Il est soudé à la colonne qui est généralement très allongée.

Culture :

Les espèces qui composent ce genre sont originaires de milieu et d'altitude très différents par conséquent il est prudent de ne pas généraliser , et de bien prendre en compte le lieu d'origine . Cependant elles sont très tolérantes et s'adaptent facilement.

le plus sage lorsqu'on a un doute est de les cultiver en mode tempéré , en prenant soin de leur apporter une forte luminosité . Dans leur habitât  naturel certaines d'entre elles vivent en milieux ouvert , parfois en plein soleil.

L'hygrométrie se positionnera entre 50% et 80% . Les arrosages réguliers du printemps à l'automne un peu plus espacés en période hivernale, La fertilisation se cale sur la fréquence de l'arrosage .

 

 

 

 

 

Multiplication :

Au moment du rempotage, par division, de préférence au printemps lorsque les jeunes pousses se développent .

Bonne culture, merci de votre fidélité           Daphnie

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Généralités & Cultures

Classification : Epidendoideae , Laelinee

D'abord classé dans le genre Epidendrum , puis  Encyclia , le genre fut encore une fois divisé en sous genre et subi une révision dans laquelle certaines espèces se sont vues classées dans le genre Prosthechea.

Ethymologie : du grec Kukhos  ( cercle ) en référence sans doute à la façon dont le labelle, dont la partie antérieure est tubulaire  entoure la colonne.

Habitât naturel : Toute l'Amérique néotropicale autrement dit l'Amérique du Sud , l'Amérique centrale, jusqu'au sud du Mexique et au nord de l'Argentine.

 Description :  ce genre sympodial regroupe environ 160 espèces épiphytes ou lithophytes dans des zones ensoleillées.

Les pseudobulbes sont sphériques , ou en forme de poires surmontés de une à quatre feuilles fines, longues, coriaces.

Les hampes florales sont porteuses de nombreuses fleurs résupinées ( labelle orienté vers le bas ) .Les pétales et sépales sont libres assez similaires.

Le labelle trilobé peut être libre ou parfois partiellement soudé à la colonne . Les deux lobes latéraux sont souvent ailés et élargis à l'apex entourent plus ou moins la colonne.

Le callus est bien visible formé de deux crêtes , en différenciation avec Prosthechea où les fleurs sont le plus souvent non résupinées et le callus est en forme de coussinet épaissi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Culture : La luminosité est primordiale, provenant des zones tropicales proches du niveau de la mer ils requièrent une culture en mode tempéré , tempéré/ chaud.

Un arrosage bien conduit régulier accompagné de fertilisation pendant toute la période de croissance du printemps à l'automne , et réduit en hiver . L'hygrométrie devra être  assez élevée entre 60 % à 80% . 

  Rempotage/ multiplication : Lorsque les jeunes pousses se développent et que les racines  présentent des extrémités actives , dont le bout prend une couleur vert clair tendre.

la mltification se fera en divisant les pseudobulbes, en prenant soin de les prélever au moins par  deux ou trois , pour permettre à la plante de repartir en toute quiétude.

Nota : un séjour à l'extérieur pendant l'été leur sera très profitable.                                                                         

                                            

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Bonne lecture à très vite

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #zeste d'amour
       Bienvenue à l'an 2021, Joies,  Sérénité,   Santé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous souhaites des réussites florales remarquables et vous remercie de votre fidélité

 

 

 

 

 

Dans quelques heures l'année 2020 va tirer sa révérence , pour bien des raisons nous nous efforcerons de la gommer de nos esprits . Cependant les floraisons se sont échelonnées pour notre plus grands plaisirs , le temps est venu d 'y jeter un dernier  regard .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 A très bientôt

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #zeste d'amour

Arrivé en novembre 2016 en provenance de chez Raphaëlle Vacherot c'est sa troisième floraison . Grand postulant des formes originales coutumières des bulbophyllum il développe qui plus est un parfum assez nauséabond que les mouches ( grosses ) ne tardent pas à sentir .Venues tout droit dont ne sais où,  elles arrivent sans sommation . Par bonheur il faut s'approcher assez prêt pour découvrir son relent.

 juste avant l'ouverture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

l'antichambre des curiosités

Je le cultive en tempéré sans aucune période de repos placé sur un lit de billes d'argiles mouillées en permanence , il reçoit une lumière modérée occupant la place inférieure de tablettes, passe la saison estivale à extérieur, sous haute surveillance ces jeunes pousses sont très appréciées des " cornus es   "

Comment dire son air quelque peu ébouriffé ' ou broussailleux le rend malgré tout très sympathique .

 En attente de    Rhynchostylis  Kultana

A très vite  Daphnie

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Généralités & Cultures

classification :

Epidendroideae, Arethuseae, Coelogninae

Ethymologie :

du grec dendron ( arbre )  et keikos  ( lèvre ) en référence sans doute à la forme proéminente du labelle .

Le genre est représenté par environ 120 espèces épiphytes , rarement lithophytes , de formes sympodiales,  en forêts denses entre 300 et 2000 mètres , avec une saison pluvieuse, suivie d'une saison séche

Habitât naturel:

On les rencontre de Birmanie à la Papouasie, en Nouvelle Guinée et surtout aux Philippines ,en forêts denses entre 300 et 2000 mètres , avec une saison pluvieuse, suivie d'une saison sèche.

 

 

 

Dendrochilum cobbianum floraison 2017

 

 

 

 

 

Les plantes ont,des rhizomes rampants , avec des pseudobulbes parfois espacés ou à contrario regroupés en grappes.

La plupart  d'entre-eux ont des inflorescences érigées , qui se courbent légèrement leur donnant ainsi un port que l'on qualifie de " pleureur distingués "  avec pour certains en prime un parfum très agréable comme

 ce Dendrochilum glumaceum classé parmi les plus parfumés.

La durée et la période de floraison est différentes suivant les espèces et peut se prolonger entre 3 et 5 semaines , pouvant intervenir au printemps, en été ou en automne.

Culture:

Ce sont des tempérés qui se plaisent à des températures jours entre 18° ET 25° nuit 16° 20°  avec un écart de température de 4 à 5°.

Peu exigeants en luminosité ,

Arrosages

réguliers suivis de fertilisations une fois sur deux en période de croissance végétative .Dès que les pseudobulbes ont atteint leurs tailles adultes , réduire sans pour autant laisser le compost se dessécher.

Rempotage:

tous les deux ans au moment du démarrage des nouvelles pousses . Bonne culture , merci de votre fidélité.

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Labelorchidee

acquise lors d'un passage en jardinerie , en plante défleurie mais avec une spathe prometteuse, étiquetée " Orchid mix je ne m'aventurerai pas aujourd’hui à trancher sur le genre . Une grande similitude de forme de fleurs entre les deux Cattleya ou Laeila  est souvent surprenante .

enchantement désenchantement la spathe a rapidement avortée .

L'espoir d'un nouveau départ , et d'une prochaine floraison c'est concrétisé pendant la période estivale . Il y aurai pu avoir  trois fleurons au lieu de deux si un " cornu " du genre qu'on aime n'était passé par là

 

 

 

 

 

 

Paré de coloris subtils, jaune , orangé , avec des dégradés fabuleux de pourpre mauve,agrémenté d'un parfum des plus subtils

 

 

 

Les sépales sont similaires et les pétales légèrement plus grands , tous de couleur identique

La labelle de couleur orangée , soudé dans sa partie supérieure à la colonne s'étire pour finir en forme d'étendard ondulé, souligné d'une démarcation d'un pourpre remarquable . Les deux côtés sont ponctués et striés de rose et pourpre  comme si le peintre avait voulu après avoir dessiner  minutieusement la partie inférieure du labelle  essuyer son pinceau pour ne rien gâcher

.

La culture se reporte au genre cattleya vous trouverai sa fiche de culture .

Si mes visiteurs ont un nom à proposée n'hésitez pas .

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Généralités & Cultures

Classification : epidendroideae

Le genre dendrobium est représenté en nombre suffisamment important environ 1500 espèces  pour que l'on puisse le qualifier d' incontournable,  de ce fait il occupe une place prépondérante au sein de la grande famille des orchidées, sans avoir à craindre d'être concurrencé. 

Ethymologie :

du grec dendron ( arbre ) et bios ( vie ) pour leur vie en épiphyte

Habitât naturel :

L'aire de répartition des dendrobium est particulièrement vaste , on les rencontre de l'Asie du Sud Est , de la Chine au Japon , aux Philippines, en Papouasie, Nouvelle Guinée , mais aussi en Australie, dans les îles du Pacifique , et en Nouvelle Zélande . C'est dire si leur milieu naturel est considérablement étendu , ce qui implique forcement une ampleur de contraste dans leur mode de vie .

                                                               Dendrobium Alexandrae

Certaines espèces des régions de l'Assam ( Nord Est de  l'Inde ) qui vivent dans les arbres peuvent être exposés à des vents très froids .

Dendrobium bigibbum                                                            Dendrobium farmeri

                                                               Dendrobium pierardii

Certains dendrobium ce sont adaptés aux types de milieu dans lequel is évoluent , généralement les écarts de températures jour / nuit  sont très marqués.

Le genre dendrobium est composé d'espèces hétérogènes principalement épiphytes , parfois litophytes, rarement terrestres. A leur adoption  du fait de leur mode de vie très diversifiée, il est nécessaire de se documenter de façon approfondie  si l'on veut maitriser leur culture.

                                                     Dendrobium ruppianum

Description :

 Ce sont des plantes sympodiales , les pseudobulbes de formes et de tailles très variées, mais souvent en canne pendantes ou érigées

La taille, la couleur, l'aspect , des fleurs de quelques heures à 8 mois .

En dehors de cette grande diversité on notera que le sépale dorsal et les pétales sont libres, les sépales latéraux sont soudés au pied de la colonne . La labelle entier ou trilobé généralement grand , plus grand que les autres pièces florales, est soudé avec le pied de la colonne , et la base des sépales latéraux pour former un mentum , ou un éperon.

Le callus est constitué de crêtes longitudinales .

Culture :

Il est utile pour faciliter notre tâche d'orchidophile amateur ou averti de se positionner sur des paramètres spécifiques même si ces classifications comportent toujours une part d'arbritaire  et de portée limitée.

 

 

Dendrobium unicum

serre chaude

 

 

 

 

 

 

On pourra ainsi distinguer : quelques exemples

Dendrobium de serre chaude

D. chaude tempérée l'été fraîche l'hiver,

D. chaude l'été froide et sèche l'hiver

.

D.serre tempérée

 

 

 

 

 

 D. serre froide :

Le genre peut paraître compliqué il semble au prime abord que le choix doit se porter sur des espèces à qui l'on pourra offrir les meilleures conditions , et qui pourront s'adapter à notre mode de vie .

A très vite merci de votre fidélité

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Orchidées: genre -généralités & culture

Le père de l'Orchidologie John Lindley  nomma le genre Laelia d'après l'une des vestales, Laeila ancep. Il l'a décrivit en 1835 dans l 'une de ses formes blanc pur très prisée .

Cette espèce produit des variantes de teintes allant du magenta foncé , au rose  lilas pâle.

Devenue rapidement populaire , de nature robuste, sa floraison intervenant au cœur de l'hiver ,  la voilà  sereinement  prétendante , pour occuper une place prépondérante et très remarquée au sein des expositions hivernales .                                    Rêve d'Orchidées  Vergèze

Au Japon son pays d'origine ,  Dendrobium monoliforme  est connu sous le nom de Sekkoku  et en chine Shihu , une chance que nous ayons une appellation beaucoup plus simple.

Ce fut une plante particulièrement chérie dès le XVI siècle , cultivée principalement pour son parfum qui servait à rafraichir les demeures , il était l'apanage de  l'aristocratie impériale .

La plante type se décline en blanc, mais de nombreuses formes ont été crées dont certaines ont adoptés des coloris vifs , dans les tons jaunes, roses, et mauves .

Sekkoku " médecine issue du rocher " en référence à l'habitât litophyte de certains et, à sa réputation de prolonger la vie.

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #zeste d'amour

L'apparition d'une nouvelle hampe est toujours accueillie par une émotion de joie , et nous soumet de façon plus intensive à une surveillance minutieuse . Nous ne sommes pas à l'abri d' accidents de parcours et chacun de nous sait pour en avoir fait déjà l'expérience qu'ils sont bien réels . 

je vous avais présenté ce Polystachya galaeta  en première intention de floraison le 24 février il a rapidement mis de nouvelles pousses juste après et, les a conduite vers une floraison. Mon premier essai dans le genre se conclut pour l'instant dans dans la positivité ce qui m’emmène à  la réflexion suivante : envie de découvrir d'autres espèces du genre .

 

 

 

 

 

 

C'est un tempéré , chaud et la saison estivale a réuni toutes les conditions , il a passé " ses vacances " en extérieur

 

 

 

je vais donc profiter de sa nouvelle floraison .

Il a été arrosé régulièrement  tous les 3 jours un apport d'engrais 1 fois par mois . Avec les températures , entre 30° et 40° et un air sec  le compost sèche très vite .

J'aime sa façon de se livrer à notre regard à la fois humble avec ce brin audacieux sur les sépales en prolongation apiculées ,  harmonieusement soulevés.

Malgré sa forme érigée la hampe garde  son charme et sa séduction , il n'aura aucun mal a prendre une place dans les  favorites .

A très vite                                                                  Daphnie

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog