Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Orchidium-Vaunage

Orchidium-Vaunage

Passion des Orchidées en partage , leur mode de vie , leur culture , côté jardin les exotiques, tropicales, cactées etc

Publié le par daphnie
Publié dans : #Labelorchidee

acquise lors d'un passage en jardinerie , en plante défleurie mais avec une spathe prometteuse, étiquetée " Orchid mix je ne m'aventurerai pas aujourd’hui à trancher sur le genre . Une grande similitude de forme de fleurs entre les deux Cattleya ou Laeila  est souvent surprenante .

enchantement désenchantement la spathe a rapidement avortée .

L'espoir d'un nouveau départ , et d'une prochaine floraison c'est concrétisé pendant la période estivale . Il y aurai pu avoir  trois fleurons au lieu de deux si un " cornu " du genre qu'on aime n'était passé par là

 

 

 

 

 

 

Paré de coloris subtils, jaune , orangé , avec des dégradés fabuleux de pourpre mauve,agrémenté d'un parfum des plus subtils

 

 

 

Les sépales sont similaires et les pétales légèrement plus grands , tous de couleur identique

La labelle de couleur orangée , soudé dans sa partie supérieure à la colonne s'étire pour finir en forme d'étendard ondulé, souligné d'une démarcation d'un pourpre remarquable . Les deux côtés sont ponctués et striés de rose et pourpre  comme si le peintre avait voulu après avoir dessiner  minutieusement la partie inférieure du labelle  essuyer son pinceau pour ne rien gâcher

.

La culture se reporte au genre cattleya vous trouverai sa fiche de culture .

Si mes visiteurs ont un nom à proposée n'hésitez pas .

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Généralités & Cultures

Classification : epidendroideae

Le genre dendrobium est représenté en nombre suffisamment important environ 1500 espèces  pour que l'on puisse le qualifier d' incontournable,  de ce fait il occupe une place prépondérante au sein de la grande famille des orchidées, sans avoir à craindre d'être concurrencé. 

Ethymologie :

du grec dendron ( arbre ) et bios ( vie ) pour leur vie en épiphyte

Habitât naturel :

L'aire de répartition des dendrobium est particulièrement vaste , on les rencontre de l'Asie du Sud Est , de la Chine au Japon , aux Philippines, en Papouasie, Nouvelle Guinée , mais aussi en Australie, dans les îles du Pacifique , et en Nouvelle Zélande . C'est dire si leur milieu naturel est considérablement étendu , ce qui implique forcement une ampleur de contraste dans leur mode de vie .

                                                               Dendrobium Alexandrae

Certaines espèces des régions de l'Assam ( Nord Est de  l'Inde ) qui vivent dans les arbres peuvent être exposés à des vents très froids .

Dendrobium bigibbum                                                            Dendrobium farmeri

                                                               Dendrobium pierardii

Certains dendrobium ce sont adaptés aux types de milieu dans lequel is évoluent , généralement les écarts de températures jour / nuit  sont très marqués.

Le genre dendrobium est composé d'espèces hétérogènes principalement épiphytes , parfois litophytes, rarement terrestres. A leur adoption  du fait de leur mode de vie très diversifiée, il est nécessaire de se documenter de façon approfondie  si l'on veut maitriser leur culture.

                                                     Dendrobium ruppianum

Description :

 Ce sont des plantes sympodiales , les pseudobulbes de formes et de tailles très variées, mais souvent en canne pendantes ou érigées

La taille, la couleur, l'aspect , des fleurs de quelques heures à 8 mois .

En dehors de cette grande diversité on notera que le sépale dorsal et les pétales sont libres, les sépales latéraux sont soudés au pied de la colonne . La labelle entier ou trilobé généralement grand , plus grand que les autres pièces florales, est soudé avec le pied de la colonne , et la base des sépales latéraux pour former un mentum , ou un éperon.

Le callus est constitué de crêtes longitudinales .

Culture :

Il est utile pour faciliter notre tâche d'orchidophile amateur ou averti de se positionner sur des paramètres spécifiques même si ces classifications comportent toujours une part d'arbritaire  et de portée limitée.

 

 

Dendrobium unicum

serre chaude

 

 

 

 

 

 

On pourra ainsi distinguer : quelques exemples

Dendrobium de serre chaude

D. chaude tempérée l'été fraîche l'hiver,

D. chaude l'été froide et sèche l'hiver

.

D.serre tempérée

 

 

 

 

 

 D. serre froide :

Le genre peut paraître compliqué il semble au prime abord que le choix doit se porter sur des espèces à qui l'on pourra offrir les meilleures conditions , et qui pourront s'adapter à notre mode de vie .

A très vite merci de votre fidélité

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Orchidées: genre -généralités & culture

Le père de l'Orchidologie John Lindley  nomma le genre Laelia d'après l'une des vestales, Laeila ancep. Il l'a décrivit en 1835 dans l 'une de ses formes blanc pur très prisée .

Cette espèce produit des variantes de teintes allant du magenta foncé , au rose  lilas pâle.

Devenue rapidement populaire , de nature robuste, sa floraison intervenant au cœur de l'hiver ,  la voilà  sereinement  prétendante , pour occuper une place prépondérante et très remarquée au sein des expositions hivernales .                                    Rêve d'Orchidées  Vergèze

Au Japon son pays d'origine ,  Dendrobium monoliforme  est connu sous le nom de Sekkoku  et en chine Shihu , une chance que nous ayons une appellation beaucoup plus simple.

Ce fut une plante particulièrement chérie dès le XVI siècle , cultivée principalement pour son parfum qui servait à rafraichir les demeures , il était l'apanage de  l'aristocratie impériale .

La plante type se décline en blanc, mais de nombreuses formes ont été crées dont certaines ont adoptés des coloris vifs , dans les tons jaunes, roses, et mauves .

Sekkoku " médecine issue du rocher " en référence à l'habitât litophyte de certains et, à sa réputation de prolonger la vie.

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #zeste d'amour

L'apparition d'une nouvelle hampe est toujours accueillie par une émotion de joie , et nous soumet de façon plus intensive à une surveillance minutieuse . Nous ne sommes pas à l'abri d' accidents de parcours et chacun de nous sait pour en avoir fait déjà l'expérience qu'ils sont bien réels . 

je vous avais présenté ce Polystachya galaeta  en première intention de floraison le 24 février il a rapidement mis de nouvelles pousses juste après et, les a conduite vers une floraison. Mon premier essai dans le genre se conclut pour l'instant dans dans la positivité ce qui m’emmène à  la réflexion suivante : envie de découvrir d'autres espèces du genre .

 

 

 

 

 

 

C'est un tempéré , chaud et la saison estivale a réuni toutes les conditions , il a passé " ses vacances " en extérieur

 

 

 

je vais donc profiter de sa nouvelle floraison .

Il a été arrosé régulièrement  tous les 3 jours un apport d'engrais 1 fois par mois . Avec les températures , entre 30° et 40° et un air sec  le compost sèche très vite .

J'aime sa façon de se livrer à notre regard à la fois humble avec ce brin audacieux sur les sépales en prolongation apiculées ,  harmonieusement soulevés.

Malgré sa forme érigée la hampe garde  son charme et sa séduction , il n'aura aucun mal a prendre une place dans les  favorites .

A très vite                                                                  Daphnie

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Généralités & Cultures

Classification :

epidendroideae, cymbideae, casetineae

 majoritairement épiphytes , parfois litophytes

Le nom de ce genre comprend environ 25 espèces aux formes singulières , à la morphologie particulière. Présentés dans les expositions ils font toujours sensation.

Ethymologie:

du grec Kyknos  ( cygne ) et auchen ( cou ) en référence à la morphologie très particulière du gynostème, long et courbé comme le cou d'un cygne. d’ailleurs surnommé l- orchidée cygne .

  Habitât naturel :

réparties à travers toute l'Amérique tropicale ces plantes se rencontrent  dans des forêts à climat chaud et humide , du niveau de la mer jusqu'à 600 mètres d'altitudes  , avec des saisons de pluies et des saisons sèches très marquées .

présentent jusqu'au sud du Brésil notamment dans la région de Brasilla , mais aussi au nord de l'Argentine, ainsi qu'en Guyane Française .

Description :

Bien que leur port soit semblable aux Catasetum les Cycnoches ont des pseudobulbes allongés et de forme presque cylindriques .

Leurs feuilles caduques tombent avant le repos annuel .

Les hampes florales arquées ou, pendantes sont latérales et portent des fleurs résupinées ( labelle tourné vers le haut ) et unisexuées.

la fleur mâle a des pétales et des sépales  libres et membraneux , la colonne est très longue  et arquée avec deux pollinies et pas de stigmate .

La fleur femelle a des pétales et sépales libres plus épais , elle est moins colorée, sa colonne est courte et le stigmate est bien apparent ( stigmate partie sommitale du style ,  en principe dilatée dont l'épiderme est conçu pour recevoir  le pollen et favoriser la germination).

On rencontre parfois des plantes avec des fleurs intermédiaires , mais elles sont stériles .

Culture :

Ils aiment la lumière sans excès, des températures chaudes pendant la période de végétation , tempérée pendant le repos avec toujours un écart jour/ nuit . En période estivale la culture en extérieur est possible  .

Les arrosage seront abondants réguliers dés l'apparition des nouvelles pousses , puis réduits lorsque les pseudobulbes sont formés., et mise au repos jusqu'à l'apparition des nouvelles hampes florales .

L'hygrométrie entre 75%et 80% pendant la période de végétation active on peut baisser à 60% au repos

L'apport d'engrais au démarrage des nouvelles pousses azoté de préférence pendant 3 mois, puis privilégier un engrais riche en phosphore et potasse . Pas d'engrais pendant la période de repos .

Ce Cycnoches peut produire des gousses de 12cm qui peuvent contenir 3 700 000 graines. Imaginons un instant que toutes prennent vie , l'espace serait rapidement colonisé .

Les fleurs des orchidées sont hermaphrodites cependant 3 genres portent sur le même pied des fleurs femelles et des fleurs mâles , les cycnoches sont un de ces genres .

Les photos illustrant cet article sont empruntées à l'album Claudio Nardotto

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Bonne lecture A très vite   Daphnie

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #au fil du temps

Il est temps de faire un peu de place au Jardin de Philelen toujours prêt à accueillir des nouvelles espèces . il faut bien dire que ces derniers temps je me suis consacrée à les recenser étonnée et à la fois surprise de me rendre à l'évidence. plus de 240 genre différent.

La photo date de 2018 rien n'a vraiment changé , les cigales ont beaucoup chanté leur concert a pris fin , l'été n'est pas fini la météo réserve encore de belles journées. Les mésanges se rapprochent des maisons et cherchent l'endroit idéal pour confectionner leur nid .

Le kniphofia tritoma présent déjà depuis quelques années s'est largement étoffé et ses longues grappes sont toujours aussi attrayantes.

Une jolie découverte avec ce Brugmensia Maya au départ blanc et rose saumoné 48h après

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

peut on rêver ombrelle plus romantique.

toute juponnée la capucine grimpante s'est harmonieusement mélangée à la passiflore Aurianta à qui je pardonnerai son manque de résistance au froid .

.

 

 

 

La passiflore botanique aurianta à la beauté singulière et lumineuse, se présente jaune clair pour passer rapidement à l'orange . Sa floribondité est exceptionnelle .Peu résistante au froid elle sera hiverner dans la serre , mais une véranda aurait tout aussi bien pu faire l'affaire .

Je lui ai offert une compagne de villégiature en la présence de P.  Caerulea Constance Elliot à la beauté divinement pure et qui est beaucoup plus rustique _ 10° sans sourciller  .

Un alyogine huegelii surnommé hibiscus bleu d'Australie a pris place ses couleurs vives et tonifiantes font toujours plaisir .

Je vous dis à très vite                                              Daphnie

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #zeste d'amour

Les Epidendrum sont souvent représentés dans des formes atypiques , originales, et Epidendrum ciliare offre à nos yeux une incontestable légèreté aérienne , qui contraste nettement avec la rigidité et l'aspect coriace des feuilles.  Il se donne un air désuet quelque peu rétro qui lui va à ravir .

 

 

 

 

 

Prenant son temps pour se découvrir on aime à participer à cet éveil à la vie .

 

 

 

 

 

 

Les pétales et sépales sont identiques étroits , verdâtre , le labelle blanc pur  nettement trilobé , à lobes latéraux étroits cillés sur les bord interne, le lobe central est linéaire long très fin  , en forme de lance légèrement recourbée vers le haut  .

C'est l'une des plus anciennes orchidées américaine connue découverte en 1703 par le père Charles Plumier.

Pour ma part je l'ai adopté en 2004 , vous le retrouverez donc en présentation sur ce blog  .  c'est aussi dire que la plante est résistante elle a été divisée et si l'on respecte ses exigences qui sont :

Un mode de culture en tempéré chaud

un excellent emplacement pour obtenir un maximum de lumière 

une bonne hygrométrie autour de 60% 

des arrosages copieux au printemps et l'été suivis de fertilisation

une période de mise en repos l'hiver avec juste quelques brumisations.

On se rend compte qu'il n'y a pas de difficultés majeure à le cultiver, alors si l'occasion se présente faites vous plaisir . A très vite  

        

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #zeste d'amour

Du bonheur à l'état pur et une profonde reconnaissance pour sa fidélité aux fils des ans pensionnaire depuis 2010 à Orchidium-Vaunage ce croisement magistralement réussi me procure beaucoup de plaisir .

Nos retrouvailles annuelles sont des moments de fête d'autant que la nouvelle spathe prend tout son temps en période hivernale pour s'installer grandir, grossir, et finir en apothéose.

en fouillant ce blog vous pourrez la retrouver elle vous a été présentée plusieurs fois . Ce spécimen vient de chez Joël Jack aujourd’hui La serre aux Orchidées à Ollioules 83190 .

On aime son labelle largement offert aux potentiels pollinisateurs finement strié, chacun d'eux ayant son propre dessin comme pour les déstabiliser  , le vertige de l'amour en quelque sorte .

son parfum délicat, sa facilité de culture s'accompagnera de : .

Beaucoup de lumière

 

 

 

 

 

 

Arrosages copieux en été , accompagnés d’apport d'engrais une fois oui , une fois non

Réduire fin de d'automne.

 

Reprise au démarrage des nouvelles pousses. 

 

culture en tempéré frais .

 

Ici une fourmi goulue se délecte du suc ,

Mais elle pourrait aussi être là pour la présence de cochenille , à garder sous étroite surveillance .

Placée dehors où elle a effectué sa floraison quelques petites taches sur le sépale latéral imputables sans doute  à des gourmands  impénitents. Nous espérons vous retrouver l'année prochaine en juillet

A très vite merci de votre fidélité                                                                            Daphnie

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #zeste d'amour

Présenté pour la première fois en février 2019 , il vous sera facile de le retrouver dans la rubrique    "Labelorchidée " pour avoir les précisions nécessaire à sa culture .

Il a pris un peu de retard sur sa floraison celle ci intervenant généralement fin d'hiver , début de printemps, mais peut on vraiment lui en tenir rigueur .

Ses pétales si finement fimbriées lui donnent un air d’extrême légèreté, sa couleur tonique jaune canari, ses effluves agréablement parfumées suffisent à le rendre très séduisant . La plante  de taille moyenne trouvera toujours une petite place .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est bon de rappeler qu'un repos au sec en hiver  est nécessaire pour assurer la future floraison. D'une année à l'autre la plante n'a pas tellement grandi sur le plan horizontal , mais a produit 3 nouvelles cannes .

A l'apparition des jeunes pousses il est bon d'être vigilant à ne pas trop les mouiller, lorsque cela arrive l'eau ne devra pas stagner trop longtemps évitant ainsi leur pourriture .   Merci de votre fidélité à très vite                                                      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #zestes d'amour

 

Comme son nom l'indique grande variabilité où les fleurs peuvent apparaitre l'une avec un labelle avec " picotis " blancs et l'autre non .

 

On aime sa couleur , sa forme, son parfum, sa taille , il se glissse partout, et sa grande facilité de culture le place en bonne position pour figurer chez les collectionneurs orchidophiles.

 

 

Je le cultive en mode tempéré chaud et humide pendant sa période de croissance , avec un repos hivernal un peu plus sec , frais et lumineux.

 

 

Je vous ai présenté ce Maxillaria variabilis pour la première fois le 4 mai 2017 . Je vous invite à le retrouver dans le retrouver dans la rubrique ' Labeorchidée " où vous y verrez le montage sur plaque de liège recouvert de mousse retenue par un grillage .

Issu d'une division en 2016 merci encore Arcane 95 pour ce cadeau  , la plante est discrète de par sa taille et ne manque pas de se rappeler à moi par sa floraison estivale régulière depuis .

A très vite merci de votre fidélité

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog