Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Orchidium-Vaunage

Orchidium-Vaunage

Passion des Orchidées en partage , leur mode de vie , leur culture , côté jardin les exotiques, tropicales, cactées etc

Publié le par daphnie
Publié dans : #Généralités & Cultures

La cuisine  " des simples " en se rapprochant des produits naturels pour guérir les maux dou-lou- reux des orchidées , sans substance chimique nocives fonctionne très bien , et l'on se rend compte que l'on obtiend de très bons résultats .

Dés lors plus aucunes raisons de s'en priver

Les attaques de champignons ou maladies cryptogamiques  se manifestent par des taches visibles sur les feuilles parfois également sur les pseudobulbes , les cannes, en dehors du fait d'être inesthétiques , elles sont dangereuses pour la plante et peuvent aller jusqu'à altérer sa vie .

Elles se manifestent souvent lorsque l'hygrométrie est trop élevée en continu , et qu'il y a un manque d'aération .

Une atmosphère confinée est propice aux développement des champignons .

Moyens de lutte : réduire l'hygrométrie et augmenter l'aération

Pensez les plaies avec de la poudre de cannelle , soit en déposant à l'aide d'un coton tige directement sur la plaie , pensez à protéger la plaie lors des arrosages  .  ou par brumisation en préparant une solution faite avec :

1 litre d'eau 1 cs de poudre de cannelle

en dernier recours on utilisera les fongicides vendus dans le commerce mais ce ne sera surement pas nécessaire

Les taches foliaires bactériennes

Sont des taches brunes qui s'étalent rapidement on les observe principalement sur les phalaenopsis , lorsque la température nuit est trop fraîche 14° à16°

Moyens de lutte :  percer la tache à l'aide d'un cure dent , enlever la partie noire et tamponner les pourtours avec un coton tige trempé auparavant dans de la poudre de cannelle pour la cicatrisation.

Remonter les températures nocturnes aux alentours de 18° 20°

Si la feuille est très atteinte ne pas hésiter à la couper et la bruler. Pulvériser ensuite la plante avec une solution eau + bicarbonate

1litre d'eau 1cs de bicarbonate alimentaire

On se trouve face à des taches circulaires avec des marques en forme d'anneaux sur les feuilles, la teinte des fleurs est modifiée, les pétales peuvent être frangés ou déformés

Heureusement assez rare , mais nécessitant un isolement de la plante

Dans tous les cas il vaut mieux se séparer de la plante plutôt que de risquer la contamination de votre collection même si elle est minime. 

les attaques de fumagine

Avant d'aborder les les carences en excès ou en manque on va parler de la fumagine

Elle se caractérise par un dépôt brunâtre sur les feuilles , comme un voile , le champignon responsable de cet état se développe grâce au miellat substance poisseuse secrétée par les cochenilles

Moyens de lutte : Éviter les attaques de cochenilles et c'est là qu'intervient la nécessité de mettre en place un traitement régulier et préventif .

Traitement habituel alcool ménager + savon noir

Il est important de nettoyer le feuillage avec un chiffon humide , pour éliminer le dépôt , et redonner à la plante ses facultés de respiration , et la reprise de ses fonctions d'échanges au niveau des éléments nutritifs et chlorophylliens 

Les carences en excès ou en manque

On rencontre des taches vert pâle ou jaune entre les nervures des feuilles , et une croissance ralentie ou stoppée , la plante semble comme figée  . S'assurer que l'engrais est suffisament riche en fer

 

La pointe des feuilles brunie est souvent une conséquence due à l'eau d'arrosage, eau de pluie récoltée sur des réservoirs

 

Le prochain volet avec les gestes maladroits qui peuvent contrarier nos belles merci de votre fidélité .

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Généralités & Cultures

 

 

Un air de tristesse indéniable , pour un geste inapproprié .

Avant d'aborder le sujet dans son ensemble, toujours garder à l'esprit que " Les petits maux " des orchidées en première instance peuvent trouver des solutions simples et naturelles.

C'est seulement ensuite, et seulement si c'est nécessaire que l'on se tournera vers les produits spécifiques phytosanitaires bio

Tout au long de leur existence les orchidées vont être emmenées à subir des assauts de part et d'autre , que ce soit au niveau : des parasites

                            des prédateurs

                            des attaques bactériennes , mycosiques , virales

                            des carences , en phosphore, cuivre, azote , soit par manque ou par excès

                            des gestes maladroits

Elles n'auront d'autres choix que de nous prévenir ( pas encore en parole ) mais bien par des signaux qui vont se manifester au niveau du feuillage , des racines , et des fleurs .

Ces codes sont tous des SOS d'angoisse et de détresse.  La plante est en situation de stress , garde  cependant l'espoir que nous serons réactifs et interviendrons rapidement .  l'intérêt d'une attention minutieuse et régulière prend ici tout son sens , pour cela on va essayer de se placer dans les différentes situations à laquelle nous pourrions être confrontés.

Les parasites :

 

 

 

 

Les cochenilles

 

 

 les cochenilles farineuses sont des petits insectes blancs mobiles, couverts d'un enduit cireux que l'on trouve sur la face inférieure ( dos ) au bord, à l'aisselle des feuilles , entre les pétales et sépales à la jointure du pédoncule , sur les hampes au départ des bourgeons , glissées dans les attaches ( liens ) surtout s'il s'agit de pinces .

On remarque la présence d'une substance collante poisseuse qui n'est autre que le miellat qu'elles secrètent

Moyens de lutte : pulvérisation d'un mélange de savon noir liquide et d'alcool ménager  ce traitement est à renouveler 3 fois à 15 jours d'intervalles pour éradiquer la population suivante tapie sous forme de larves .

On peut mettre en place un traitement en préventif une fois par mois

3 cs de savon noir pour 1 l d'alcool ménager

Les cochenilles à carapaces sont des petits insectes bruns en forme de petits boucliers à peine plus gros qu'une tête d'épingle qui se placent sur les tiges ( cannes )  souvent dans les nervures , et sur les feuilles. tout autour d'eux la plante prend une coloration jaunâtre

à déloger à l"aide d'un bâtonnet plat style bâton de glace  ou plus simplement d'un coup d'ongle , et pulvériser ensuite avec la préparation savon noir alcool ménager .

Les araignées rouges  très difficile à mettre en évidence car minuscule , on observe des marbrures blanc jaunâtre sur le feuillage qui dénoncent leur présence .

elles s'installent généralement lorsque l'hygrométrie est insuffisante on veillera à l'augmenter , à bien vaporiser le feuillage .

 les prédateurs                                               Les otiorhynques

des encoches profondes au bord des feuilles doivent alerter l' ornithorynque se cache sous les pots et ses larves se nourrissent du feuillage ainsi que des racines.

Il n'y a guère d'autres moyens de lutte que de les dénicher la nuit de préférence  et s'en débarrasser . Il en est de même pour les limaces et les escargots , les déloger reste la méthode la plus efficace , on peut également placer des moules à tartelettes en aluminium garnies de tranches de concombre le contact des deux suscite une réaction chimique à laquelle ils sont sensibles très vite ils vont venir de préférence sur cet ajout de nourriture , la suite vous appartient .....

prochain volet  les attaques bactériennes ........

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Orchifidélité

Les Coelogine sont des plantes assez variables avec des pseudobulbes ovoïdes , ou cylindriques reliées entre eux par un rhizome portant une ou deux feuilles persistantes et nervurées .

le genre comporte un peu plus de cent vingt espèces originaires du sud Asiatique se rencontre en Chine et dans les îles du Pacifique

Coelogine spéciosa est originaire de Birmanie, du Myanmar ainsi que Java Bornéo et Sumatra.

c'est une orchidée de serre chaude elle n'a donc pas souffert des excès de température connus fin juin  et qui se sont poursuivis juillet et août

peu exigeante en culture si ce n'est avide de lumière , elle se contente d'arrosages réguliers accompagnés de fertilisation une fois par mois et ce tout au long de l'année

sa façon de démarrer une floraison a  un côté original et curieux ne dirait on pas une petite tête d'animal ? étrange et touchant . On suit avec impatience l'évolution du bouton  floral et l'on assiste à sa totale transformation .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

petit à petit  le " capuchon " s'étire recouvre ce qui fait penser à un bec et donne une toute autre vision des choses .

Il ne reste plus qu'à attendre le déploiement des pétales , et sépales entre les premières prises de vues et le début de l'ouverture il se sera écoulé une semaine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Coelogine spéciosa est faite pour les amateurs d'orchidées qui veulent apporter une touche toute particulière de charme insolite à leur collection .

les hampes sont très courtes il m'est arrivé de glisser dessous un bouchon de liège pour les soulever un peu .

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #au fil du temps

 

La magie des fleurs et leur pouvoir sont parfois totalement inexplicable , le fait est là bien tangible ressenti comme  un lien invisible, qui soudain ce met en place et devient inéluctable  .

Une attirance irrésistible , un besoin impératif d'admirer , de découvrir, d'entrer dans la précision des moindres détails,  d'être là  à chaque instant   pour surtout ne rien rater de ce que l'on pressent comme l'événement .

Alors   se presse dans vos pensées la question clé    Va t'elle s'ouvrir ce soir ?

, le temps suspens  alors son vol , les instants qui vont se succéder sont entièrement consacrés à vivre en symbiose les moments forts qui vont nous conduire à l'apothéose finale.

Il n'est pas si courant d'éprouver des sentiments d'attirance aussi puissant , mais cette fleur énigmatique a su créer une émotion presque religieuse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant l'épanouissement elle se devra d'effectuer une torsion pour se retrouver en mode ' résupinée" et offrira ainsi à son pollinisateur l’accès direct .

Epiphyllum oxypetalum famille des cactaceae à feuillage persistant d’entretien facile, des besoins en eau moyen , une faible résistance au froid . A résisté cet hiver à - 2° protégée d'un voile et au sec.

Emplacement mi ombre mi soleil levant ou couchant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le tube floral rouge est très long en forme de pipe hollandaise peut mesurer entre 13 et 15 cm de long pour un diamètre de 1cm.

Les pétales extérieurs sont étroits et rougeâtres se distinguant des pétales internes oblongs blancs.

La chaleur joue un rôle important dans le déclenchement de l'ouverture des boutons . Prêt a éclore ils peuvent restés fermés plus longtemps si la température ne remonte pas assez.

l'intérieur est un véritable petit nid douillet , chaque étape de l'ouverture laisse un peu plus entrevoir une myriade de petits filaments porteur de pollen

Epiphyllum oxypetalum se rencontre au Mexique Guatemala Guadeloupe et Martinique .

Dans les manuels il est donné pour une résistance à 13° en réalité il supporte des températures plus basses sous abri et au sec .

Un apport d'engrais " tomates ' dés le mois de mars

Cette fleur exubérante, envoutante, captivante,en Chine se fait appeler Tanhua yi Shiam  qui dure peu de temps . En japonais Gekka bijin la belle sous la lune .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Son port désordonné plus ou moins retombant se ramifie abondamment et avec l'age on obtient des sujets imposants qui nécessitent parfois un bon lestage du pot sous peine de le voir basculer .

 

              For Ever

 

le lendemain 

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Labelorchidee

Après quelques semaines de mise sous silence je reviens vers vous avec une magnifique floraison de vanda Roeblingiana , une petite merveille qui vaut l'adoption sans réserve

Cette espèce singulière à fleurs brunes de diverses nuances est dotée d'un curieux labelle . Monopodiale épiphyte , elle se rencontre au Sri Lanka , la péninsule malaise aux Philippines dans les forêts de chênes entre 1200 et 200 mètres.

Sa floraison intervient en été , ses fleurs odorantes mesurent environ 5 cm de diamètre .

Pétales et sépales jaunes largement maculés de rouge brun .

Le labelle caractéristique aussi large que haut se divise en deux lobes médians en forme d'ancre frangés et ornés de petits cils.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De culture facile cette orchidée s’accommode de températures plus fraîches que la majorité des quelques cinquantaines d'espèces des autres vanda.

Elle se contente de peu de lumière c'est dire encore une fois sa distinction marquée par la différence de ses besoins .

Elle ne demande aucune période de repos , sa culture se fait en pot dans un compost à base d'écorces de pins de moyenne granulométrie , qui devra être maintenu humide.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Température Lumière Arrosage Culture Floraison

serre fraîche à froide

ombragée régulier idem fertilisation écorce de pin  fin d'été

rentré ce jour pour cause de pluie ouverte depuis le 15 aout elle finira sa floraison tranquillement à l'intérieur.

Merci d'avoir patienté on se retrouve très vite

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #au fil du temps

Un choix délibérément exotique , dont la jardinière se satisfait pleinement , en récompense une floraison très attendue. Pendant  15 ans la nature a  imposé   la patience . A chaque été les branches étaient scrutées scrupuleusement sans jamais apercevoir  au bout le moindre indice indiquant une floraison , et puis cette année   enfin un jour .....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Caeselpina Gilliesii

Originaire d'Amérique Tropicale principalement d'Argentine et d'Uruguay surnommé l'oiseau du Paradis ou encore l'Orgueil de Chine se distingue dans un jardin par sa spectaculaire floraison or et sang.

Ses fleurs réunies en bouquets aux couleurs jaune vif d'où s'échappent de longues étamine rouges arquées vers le haut sont extrêmement séduisantes .

Par ailleurs son feuillage léger , aérien , très divisé et son port dressé puis étalé évoquant celui du mimosa lui confère un air de noblesse .

Il faut malgré tout noter que toutes ses parties sont toxiques .

A l'heure d'été je retrouve avec plaisir l'adénium obesum cette rose du désert qui pousse en Afrique ne devrait pas se plaindre de la canicule .

une remontée en floraison de iochroma cyanea cette solanacée a flanché un peu lors de la canicule des 45 ° mais après un repos elle offre à nouveau ses clochettes violettes .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

surprise , la nature a décidé autrement   .....

Un gîte pour la nuit prochaine

les cigales ont envahies l'espace et les mues sont nombreuses , les stridulations sans défaillances ...

Bonne semaine au jardin ( au frais ) merci de votre fidélité.

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Généralités & Cultures

 les Cochleanthes sont des Plantes à floraison généreuse parfaites pour les débutants désireux de démarrer une collection .

Classification : Epidendroïdeae, Cymbidiae , Zigopetalinae

Étymologie : du grec cochlea ( coquillage ) et anthos  ( fleur ) pour la forme du labelle et du callus

Habitât naturel : En forêts tropicales , dans les milieu humides à des altitudes comprises entre 500 et 1200 mètres.

Nicaragua, Costa Rica , Panama , Caraïbes , Bolivie , Guyane, Trinité, Brésil

C'est dire l'immensité de ses aires de répartition

Description : le genre s'est vu amoindri en nombre par le fait d'une déclassification, il est sympodial épiphyte, cespiteux (en forme de touffe )

Il ne possède pas de pseudobules ou alors très petits et totalement cachés par les bases foliaires

Les feuilles généralement disposées de part et d'autre de la tige, sont disposées en éventail les plus extérieures étant plus courtes que les plus internes . Chaque feuille a une forme oblancéolée ( en forme de fer de lance dont la pointe serait tournée vers le bas ), membraneuse, sans pétiole distinct.

Les hampes sont soit érigées ou bien pendantes , produites par les jeunes pousses matures , émergeant de l'aisselle des bractées les plus basses . Une hampe par bractée.

Les fleurs sont résupinées ( tournées vers le bas )sépales et pétales libres entre eux assez ressemblant de forme la base des deux sépales latéraux est soudé au pied de la colonne. Le labelle est articulé avec le pied de la colonne sur lequel il est enserré par une zone très étroite et courte. Les fleurs sont faciles à reconnaitre grâce à leur large callus en forme de coquillage.

Le labelle est remarquable par sa taille et largement veiné

Le genre est pollinisé par abeilles solitaires du genre Euglossine mâle

Cochleanthes discolor se distingue du genre par son sublime parfum et Cochleanthes amazonica pour ces fleurs spectaculaires avec un labelle de 7cm

Culture : Le compost devra être drainant , les températures seront fonction des origines géographiques , des arrosages réguliers en laissant sécher le compost entre deux , pas de période de repos .Une excellente ventilation pour éviter toute attaque fongique ou bactérienne.

Si vous souhaiter adopter ces belles je vous souhaites une excellente réussite

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #au fil du temps

vedette au jardin de juin à juillet suivant les années , les trompettes lourdes chargées d’effluves sucrées fruitées , capiteuses  pour ces deux variétés hybride longiflorum x orientalis  pour le lis Triumphator à droite  et le lis African Queen  à gauche .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les larges trompettes blanc pur largement tapissées de rouge vif au cœur jaune mêlées à celles rose bonbon de son voisin dégagent de fortes odeurs miellées rejoignant quelque part celui plus épicé de la tubéreuse .

 

pouvant atteindre les 1 mètre 20 il doit être soutenu pour affronter  les " saute  d'humeur " de Mr Mistral sans risque de casse . Fleurissant dans ces périodes où les températures sont en surchauffe ,  je l'apprécie beaucoup  il apporte au jardin ce peu d'exubérance que l'on aime à cultiver

Un peu plus loin le crinium fait fi également des températures  torrides.  

Zoé au mieux de sa forme  à défaut de prunes se contente de mordiller  une branche sèche  " mon tigre en folie "

En préparation une floraison attendue depuis 15 ans la patience de la jardinière va être récompensée  à découvrir la prochaine fois

Bonne semaine au jardin merci de votre fidélité à très vite.

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Généralités & Cultures

Classification :

Epidendroïdeae , Cymbidieae , Zigopetalinae

Étymologie  :

du grec chondon ( cartilage ) et Rhynchos ( bec )pour l'aspect du rostellum  ( partie du gynostème ) colonne .

Habitât naturel :

On les rencontre  dans les zones tropicales des Andes , au Venezuela ,jusqu'au Pérou souvent à flan de montagne à des altitudes depuis 500 mètres jusqu'à 2000 mètres .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Description :

Le genre est botanique se composait d' une trentaine d’espèces  , n'en possède aujourd'hui que 8 les autres ayant été déclassées

Ce sont des épiphytes sympodiales sans pseudobulbes évoluant en forme de touffe . l'inflorescence relativement courte n'atteint pas la moitié de la longueur des feuilles .

Les fleurs résupinées ( tournées vers le bas ) aux couleurs allant du crème , au jaune , verdâtre avec parfois des touches de roses .

Sépales et pétales libres entre eux , le sépale dorsal et les deux pétales sont souvent repliés vers la colonne tandis que les deux sépales latéraux sont dirigés vers l'arrière et étalés de part et d'autres en forme d'éventail.

Ils sont insérés obliquement sur la colonne se qui permet d'en distinguer le genre.

Le labelle plus ou moins ovale et parfois largement trilobé s'articule avecle pied de la colonne . Le calus possède 3 à 4 dents . Un bon ombrage sans soleil direct , La culture se conduit en fonction de l'altitude de son habitât naturel .

Culture :

Pas de période de repos mais le substrat devra sécher et s'alleger un peu entre deux arrosages

Une excellente ventilation pour prévenir toute installation de pourriture , fongique, ou bactérienne 

 

Vous trouverez ces merveilles auprès de vos producteurs favoris pour ma part Chondrorhyncha  amabilis avec sa superbe barbe me semble très séduisant

A très vite

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #au fil du temps

Alyogine huegelii famille des malvacées , plante arbustive  sortie du genre hibiscus  pour entre autres raisons  , la différence du pistil proéminent , non divisé avant le stigmate, mais ayant conservé son nom vernaculaire " d'hibiscus bleu d'Australie "

 

 

 

originaire des zones sableuses australiennes, il requiert une exposition ensoleillée à mi - ombrageuse

 

on l'aime pour sa floraison lumineuse bleue lavande, de longue durée du printemps jusqu'aux gelées

Son feuillage " emprunté " aux géraniums persistant sous nos climats 

Son endurance à la sécheresse, sa résistance au froid -8° à -12°

Il aime  les engrais organiques  " corne " ne supportant guère les autres .

 

après la floraison une taille sévère s'impose pour contenir un port souvent dégingandé

Un air tropical plein d'exotisme fait rêver , l'effet escompté est obtenu facilement par des végétaux à larges feuilles donnant ce petit côté de jungle le Canna indica avec son feuillage évoquant les bananiers  est parfait pour ce rôle .

 

 

Appelé Conflore à la Réunion, Toloman ou Balisier , parfois Canna des Indes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’inratable Althea qui se satisfait de tout , ne demande presque rien offre à profusion ses fleurs du jour et on ne se lasse pas de le remercier pour cette grande générosité 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la journée caniculaire du 29 juin ils n'ont pas broché  ,leur feuillage est resté intact " brave petit soldat.

Hibiscus Rosa sinensis

Hibiscus palustis

passez une bonne fin de semaine à très vite  , merci de votre visite

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog