Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Orchidium-Vaunage

Orchidium-Vaunage

Passion des Orchidées en partage , leur mode de vie , leur culture , côté jardin les exotiques, tropicales, cactées etc

Articles avec #orchidees: genre -generalites & culture catégorie

Publié le par daphnie
Publié dans : #Orchidées: genre -généralités & culture

Les cattleya sont  certainement parmi les orchidées les plus populaires après les phalaenopsis

 lorsqu'on parle d'orchidées pour le profane c’est leur image qui est souvent véhiculée.

C. Labiata

Lors de sa floraison en 1818 cette orchidée aux fleurs extraordinairement grandes, aux pétales ondulés , mauve liliacée, et au labelle en forme d’entonnoir à bord dentelé et taché d’or et de rubis fut saluée par Cattley comme la plus splendide de toutes les orchidacées.

Pourtant elle aurait pu ne jamais donner lieu à tant d’éloges

Découverte sur les montagnes Organ prés de Rio de Janeiro  pas encore en fleur , elle ne suscita aucun intérêt pour Willam Swainson

Il envoya d’autres plantes brésilienne enveloppées dans les feuilles et les pseudo bulbes de l’orchidée .

Sans la présence d’esprit de W. Cattley et sa curiosité qui le fit mettre en culture ses <  déchets > ce magnifique cattleya n’aurait vu le jour

En 1921 John Linné classa cette espèce  dans un nouveau genre  qu’il nomma  cattleya  en l’honneur de W.Cattley. et labiata en référence à son remarquable labelle satiné.

Peu de temps après la découverte, l’habitât naturel de l’orchidée fut détruit , à la suite de déforestations et d’implantations de caféiers , elle disparue à la fin des années 1830, pour ne réapparaître qu’en 1891 ( 60 ans )après .

 Grâce à Frédérick Sander elle renoua avec l’horticulture pour que Marcel Proust en fasse la fleur préférée d’Odette de Crécy

Dans <<  du côté de chez Swann >>

Voila pour la petite histoire , elle a sa place dans le monde des Cattleya 

Voila pour la petite histoire , elle a sa place dans le monde des Cattleya .

Classification : Epidendroideae , Laeilinae

115 espèces sympodiales épiphytes au niveau des forêts humides, ou litophytes sur les rochers exposés au soleil , les hybrides se comptent par milliers et vont de la plante miniature

Aux grandes fleurs d’une incroyable beauté que l’on pourrait considérer comme extravagantes .

Description :

 le pseudobulbe de forme cylindrique , ou en fuseau aplati latéralement , souvent engainé  est unifolié ou bifolié (porte à son extrémité une ou deux feuilles )selon les espèces .

L’inflorescence part d’une bractée florale simple ou double  , située en apex . Les pétales et sépales sont libres le labelle la pièce maîtresse de la structure florale  reste l’atout majeur .

Les boutons floraux sont généralement enfermés dans un fourreau protecteur , qui sèche et se fend pour permettre au bouton de sortir.  Il s’écoule 3 à 6 semaines entre l’ouverture et la fanaison d’une fleur de Cattleya.

 

Culture :

Les cattleya se cultivent en serre tempérées chaudes , ils ont besoin de beaucoup de lumière ,d’arrosages réguliers en période de croissance , à la mise en place des nouvelles pousses ,leurs nombreuses racines de nature fortes ont tendance à déstabiliser les pots , il faudra donc agir en conséquence en prenant soin de bien les caler , à l’occasion d’un rempotage  environ tous les 2 ou 3 ans ,  une division des pseudobulbes sera envisagées, alors on pourra lester le pot avec des graviers au fond avant de continuer l’opération et bien tuteurer la plante .

Un passage en extérieur en période estivale leur fera le plus grand bien.                                                                                                     Surtout ne pas se priver de leur beauté 

     

    

 

Les photos ayant servies de support pour cet article sont de Jacques Broche 

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Orchidées: genre -généralités & culture

L'univers des Aeranthes est assez exceptionnel leurs fleurs pour le moins originales en forme de petites elfes aériennes , accrochées aux longues tiges semblent se balancer créant l'impression d'un univers surréaliste, tellement léger et apaisant .

  Classification : Epidendroideae , Vandeae , Aerangideae

Étymologie :  Le nom du genre fut composé par John Lindley en 1824 à partir des mots grec aêr < air > et anthos < fleur>en référence à leurs fleurs délicates qui plongent vers le bas .

Habitât naturel : Originaires de Madagascar,des Comodores, des Mascareignes, du Zimbabwe, ils poussent entre 1000 et 1500 mètres dans les forêts humides.

Description :   Le genre r essence 45 espèces ,bien que découvert plus d'un siècle auparavant en février 1968 l'orchidéiste  regretté Marcel Lecouffle stupéfia le Committee  de la RHS en présentant pour la première fois en Angleterre l'extraordinaire Aeranthes  henrici "Peyrot "

      Outre une certaine étrangeté dans son aspect général, il reste fleuri pendant une ou deux année d'affilée , une ou deux fleurs s'ouvrant à la fois.

Ce genre monopodial épiphytes , parfois lithophytes aux feuilles épaisses assez souples se développe en touffe , l'inflorescence axillaire ,parfois ramifiée est fine  souvent pendante,  parfois très longue ce qui demande une culture en hauteur , les fleurs semblent alors suspendues dans les airs, comme en plein vol.

Fleurs verte à blanchâtre, souvent translucide au labelle dirigé vers le bas. Sépale dorsal et pétales libres, sépales latéraux soudés le long du pied de la colonne.  Labelle dont l'apex est en forme de langue pointue. Un éperon assez court prend naissance au pied de la colonne .

    Culture : en serre tempérée chaude avec une forte hygrométrie .                       Les racines étant assez fines la culture se fait plutôt en petit pot suspendus pour les espèces à hampe pendantes , garni d'un substrat drainant   .

Une bonne ventilation, des arrosages réguliers en laissant le substrat sécher entre deux, un apport d'engrais un arrosage sur deux .

Le genre ne demande pas de période de repos 

    Aeranthes ramosa possède des hampes filiformes de 1 à 2 mètres de haut qui exhibent quelques fleurs successives d'un étrange vert translucide.  Il est souvent présent en collection.

Au bout de quelques années de culture il tout à fait possible de séparer des touffes d'Aeranthes pour obtenir plusieurs pieds.

   

     A très vite 

                              

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Orchidées: genre -généralités & culture

 

Après deux siècles passés en quête de couleur et de flamboyance, les horticulteurs ont fini par se tourner vers des espèces aux formes élégantes et aux teintes pures, d'où l’intérêt porté à des genres comme les Aerangis dont beaucoup produisent des fleurs  à couleur dominante blanc, parfois verdâtre, légèrement saumoné,  ou rosé .

Classification : Epidendroideae, Vandeae, Aerangidineae

Ethymologie : du grec AER ( air ) ANGOS ( vase ) en raison du long éperon contenant le nectar

Habitât naturel : Madagascar , Afrique tropicale , Île de la Réunion Sri Lanka une seule espèce .

Description :   plante monopodiale épiphyte vivant près des cours d'eau  dans les régions où les pluies sont régulières .

Ce genre est composé d'environ 50 espèces de petites à moyennes taille , aux feuilles coriaces que l'on classe en deux catégories .

Ceux à feuilles et racines fines et tendres qui craignent une trop forte luminosité,  parmi eux on y rencontre 

A. biloba,  A. citrata,  A. clavigera,  A. luteoalba 

 

 

Ceux à feuilles épaisses avec de grosses racines , qui exigent beaucoup de lumière , qui ont tendance à se déshydrater rapidement , et par conséquent auront besoin de vaporisation quotidienne .

Exp  A. platyphylla, A. cryptodon , A. modesta, A .ellisii

Parmi les tailles modestes voir petites on trouve ces merveilles 

 

Cette petite espèce naine qui nous vient d'Afrique où elle pousse sur des branchettes dans les régions sèches,aux fleurs blanches hivernales, à colonne rouge vif sont grandes par apport à la plante qui ne fait que quelques centimètres.   

Tous les Aerangis sont des tempérés chauds,  18° à 30° degrés jour 15° à 25° degrés nuit leur période de floraison est variable suivant l'espèce , assez longue 4 à 6 semaines , presque toujours parfumés dés la tombée de la nuit , leurs effluves capiteuses attirent les papillons de nuit dont la langue à la même longueur que l'éperon assurera la pollinisation.

Le genre ne s'inscrit pas dans des périodes de repos stricte , les arrosages seront réguliers en prenant soin de laisser les pots s’alléger entre deux, l'apport d'engrais une fois sur deux avec pour les Aerangis à feuilles épaisses un passage à une fois sur trois de décembre à fin janvier .

L'hygrométrie restera élevée entre 60% et 80% , mais cultivés dans une ambiance très humide les feuilles ont tendance à se tâcher si la ventilation n'est pas suffisante.

 

toutes ses espèces sont exquises , quand on admire leur beauté naturelle , il est difficile d'imaginer comment l'hybridation pourrait les améliorer .

Adopter un Aerangis sous entend que d'autres viendront renforcer la collection.

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Orchidées: genre -généralités & culture, #orchifidélité

 

Les cattleya sont  certainement parmi les orchidées les plus populaires après les phalaenopsis.

lorsqu'on parle d'orchidées c'est pour le profane leur image qui est souvent véhiculée.

Les floraisons sont attendues comme un événement plein de réjouissances , ce petit hybride qui en est à sa deuxième année de floraison à commencé la mise en place de cet événement dans le courant de l 'été 

 

Le pédoncule se termine par deux  boutons qui vont s'épanouir tout deux en même temps dispensant dans l’atmosphère un délicat parfum de jacinthe 

 coloris tendre , sépales aux bords lisses  et pétales blanc rosé légèrement ondulés et ponctués de touches fuchsia .

Le labelle frisotté se distingue par une nuance de jaune canari plus foncé au fond de la gorge et une extrémité fuchsia s'accordant parfaitement avec les touches existant sur les pétales et sépales 

 

 

Discrète , douce au regard, agréable au parfum ce cattleya  mérite bien une attention .

 

Vous pouvez retrouver les conseils de culture dans sa fiche rubrique 

                                                " Généralité & Culture "

 

à venir la présentation de Gastrochilus bellini merci de votre fidélité 

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Orchidées: genre -généralités & culture

 

Le but des pratiques culturales est de réaliser autour des orchidées l'ensemble des conditions extérieurs qu'elles rencontrent normalement dans leur station naturelle.

 Brassada mivada    (  froide )

     Cattleya Charles  ( Tempéré )

 

   image exposition Abbaye de Fontfroide 2002

 

Vanda  (' chaude )

Tous les facteurs influençant la vie des orchidées doivent être pris en considération.

Ceux dépendant de la zone climatique, du rythme journalier ( jour- nuit ) , de la saison , des températures, de l'humidité.

Les températures optimales sont fonction des zones climatiques dont sont originaires nos orchidées le tableau suivant a pour but de nous aider a pouvoir les classer dans leurs catégories respectives 

Serre froide    été période croIssance       hiver période repos
      jour         16°  -   21°                13°  -  16°
      nuit         10°  -  12°                                   8°  -  10°
Serre Tempérée                         16°  -  21°
       jour         18°  -  24°                16°  -  21°
       nuit                          16°  -  18°                12°  -  16°
Serre chaude  
       jour           21°  -  29°                21°  -  29°
       nuit         18°  -  20°                18°  -  20°

Les températures peuvent très bien être inférieures ou supérieures à ces valeurs sans que les plantes en souffrent.

Il est toujours bon d'avoir des points de repères ce petit tableau servira de guide

L'essentiel est que les écarts de températures ayant lieu en été au plus chaud de la journée et l'hiver les nuits de gel ne soient pas trop importants , qu'ils soient exceptionnels et sans être trop prolongés .

La réussite dépens beaucoup des écarts de températures jour / nuit , et la combinaison des éléments température, hygrométrie, ventilation en est le secret.

la maîtrise de ces trois paramètres est indispensable pour un orchidophile débutant elle n'est pas toujours évidente .Une chose est certaine le taux d'humidité ne devrait pas descendre en dessous de 50% , le maintiens entre 65% et 70% semble  convenir 

Plus la température s’élève , plus l'humidité ambiante doit être importante, et l'inverse est tout aussi valable. 

 La beauté des orchidées n'est pas le moindre danger auquel elles sont exposées beaucoup de stations ont été détruites, les forêts tropicales sont  en danger de mort  hélas .

L'Abbaye de Fontfroide ouvrira ses portes pour sa prochaine exposition les 

                                                  5- 6- 7 octobre

 vous y retrouverez des professionnels de l'Orchidée, n'hésitez pas à vous y rendre.

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Orchidées: genre -généralités & culture

Parmi les premières à être cultivés et à fleurir en serre le groupe des Cattleya et apparentés est le plus important dans la grande famille des orchidées .

A côté des genres naturels Cattleya et laelia                                                                                   

 

la main de l'homme a su crée des spécimens parfois miniatures comme les Sophrolaeliocattleya qui comprend les Sophronitis aux couleurs vives .

 

 

Cattleya Skinneri délicieuse espèce découverte au Guatemala en 1838 Il en existe de plusieurs formes et de différentes couleurs dont le blanc , la couleur pourpre est l'emblème du Costa Rica

Pure merveille que l'on salue 

Les Cattleya sont des plantes à feuillage persistant, unifolié ou bifoliés, porté par des pseudobulbes vigoureux , coriaces,ovales et allongés, recouvert d'une fine membrane qu'il ne faut pas perdre de vue elle offre une situation de confort discret aux cochenilles . 

La hampe florale naît à l’extrémité des feuilles 

Ici au moment de son émergence engainé dans une spathe  qui parfois à du mal à céder et qu'in délicatement inciser à l'aide d'un cuter 

L'explosion procure toujours une émotion d'émerveillement 

Pouvant être extrêmement parfumés ce qui ajoute à leur charme  , portant des coloris subtils allant du crème jaune , rouge pourpre , des dégradés de rose et de pourpre qui sont absolument divins 

                                                                               

 Les Cattleya font de nombreuse alliances Les plus connus sont:

les Sophrolaeilocattleya, ( 3) Sophronitis x Laeila x Cattleya

Les Brassolaeilocattleya  ( 3 ) Brassavola x laeila x Cattleya

Laeilocattleya  ( 2 ) Laeila x  Cattleya 

Il est facile de décrypter ( les membres ) de ces alliances leurs noms y figurant , mais quand plus de trois genre s'associent ça se complique un peu  pour la nomination . Ainsi les Potinara  

Ainsi les Potinara sont le résultat d'une alliance entre (4 ) Brassavola x Cattleya, Laeila, Sophronitis 

Alliance complexe mais très réussie avec des plantes résistantes  

Les Cattleya et Alliés aiment la lumière , ne vous laissez pas abuser par leur feuillage dur , les rayons du soleil si printanier soit il peut rapidement les brûler

Ils  ont  une période de dormance qu'il faut bien respecter elle varie suivant les variétés et la période de leur floraison , elle se situe généralement juste après.

La reprise des arrosages et fertilisations intervient au moment où la nouvelle pousse se manifeste. Les  nombreuses nouvelles racines qui se développent à la base du pseudobulbe devront faire l'objet d'un soins attentifs tels que brumisations .

 Cultivant ce laeila purpurata x Rosco Bispo depuis 10 ans je peut dire que ce sont des plantes qui ne posent aucune difficulté particulière , en ce moment il prépare sa floraison 2018 qui devrait avoir lieu d'ici fin juin  

A très vite 

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Orchidées: genre -généralités & culture

Convenant pour toute une gamme de températures et d'emplacements, illustrant bien l'immense diversité du genre et des espèces les Brassia sont très prisés des orchidophiles à cause de leur facilité de culture , et leur fidélité à refleurir.

Les espèces se caractérisent par d'étroits pétales et sépales finement étirés à partir du centre , extrêmement longs leur ayant valu le surnom d' Orchidées araignées .

Évoluant entre le vert pâle le jaune et le brun parfois nuancé d'orangé, pour les principales teintes.

Le  labelle plus court et plus large que le pétales est marqué sensiblement pareil.

. Souvent hybridés avec des Odontoglossum , il en résulte des plantes spectaculaires, vigoureuses, aux couleurs douces .

Ce genre se limite à environ  35 espèces présent en forêt chaude et humide , aussi en forêt sèche mais également en forêt de brouillard c'est dire l'étendue de son implantation 

On la retrouve au Mexique , au Nord de l'Amérique du Sud, jusqu'en Guyane et à Cuba à des altitudes pouvant aller jusque à 1200 mètres  accrochés aux arbres des bords de criques et de rivière.

On a du mal à résister à une palette de couleur aussi attirante 

Le mariage de Brassia brachiata x Ada auriantaca

Ces brassia me sont  fidèles depuis de nombreuses années . La hampe florale se met en place lorsqu’ils sont à l'extérieur en période estivale prend son temps pour venir à floraison début d'automne parfois un peu plus tard 

 

En hiver je les met au repos maintenus dans  une atmosphère  humide tempérée  juste quelques brumisations, placés en situation lumineuse, dés la reprise d'une activité végétative je reprend les arrosages et fertilisations. 

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Orchidées: genre -généralités & culture

Hormis les floraisons estivales , les autres orchidées se consacrent à l'émission des nouvelles poussent , à renforcer les pseudobulbes , à reprendre une activité de croissance au niveau des racines et des feuilles.

Dans les régions tempérées , les orchidées qui poussent normalement en appartement , serre ou véranda peuvent parfaitement être placées à l'extérieur.

Ici un tronc d’acacia sert de support étagé à 4 espèces différentes stanhopea en panier, à sa gauche une coelogine qui en une semaine  en extérieur émet des hampes; toujours à gauche dans un pot de faisselle Encycia fragrans  et enfin 2 dendrobium celui aux larges feuilles dendrobium thyrsiflorum  devrait pendant la période estivale émettre des thyrses et offrir sa belle floraison 

ici celle de l'an dernier on peut voir à ses c^té le thermomètre afficher pas loin des 30°

 la coelogine et ses départs de hampes 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

l'Encyclia fragrans jeunes pousses er racines bien vertes 

                                                                                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les différences de températures ont des incidences sur les plantes induisant une nouvelle floraison ici sur des Dendrobium nobile on voit les boutons ils seront tout à fait en dehors de leur cycle normal 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les orchidées qui se plaisent à l'extérieur sont des variètès qui aiment la lumière,la fraîcheur , parmi eux les cymbidium , les odontoglossum  ( cambria ) encyclia,  coelogine , dendrobium, cattleya etc.... 

Pour ma part toutes profitent de l'extérieur en période estivale, sorties fin mai début juin en évitant les expositions trop ventées , en choisissant un endroit ombragé mais laissant filtrer la lumière, en les protégeant des principaux prédateurs limaces et escargots , en plaçant près d'elles des rondelles de concombre mêt apparemment apprécié des gastéropodes.

 

ou encore avec un voilage pour la nuit ,  porte close en mini serre , le principe n'est pas esthétique mais bien de précaution  .  les autres variétés ne sont pas inquiétées .

 

les autres variétés ne sont pas inquiétées 

une tour de vanda 

 "Auprès de mon arbre je vivais heureux " ou l'art et la manière pour un acacia de se faire hospitalier . Bonnes vacances  aux orchidées .

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Orchidées: genre -généralités & culture

 

 On les rencontrent dans les jardineries, les grandes surfaces, chez les fleuristes sous l'appellation  de Cambria .

En réalité vuylstekeara Cambria Plush est la seule Cambria et se présente de différentes couleurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Regroupant de multiples hybrides aux noms sonnants et retentissants de Burrageara, Cochlodia, Colmanara, Odontodia, Odontonia, vuylstekerea . Tous ont le même point commun,  un des deux parents de ces savants mariages est un Odontoglossum.

  Le nom de Cambria a été adopté pour des raisons commerciales de facilité .

Au doux parfum fruité épicé 

 L'obtention  de cette belle plante est le résultat  obtenu par une hybridation intergénérique entre Miltonia, Odontoglossom, Brassia, et Cochlodia.

moins courant à trouver en dehors des producteurs

Leurs exigences de culture sont toujours conditionnées par leurs origines géographiques, et tiennent compte d'une bonne maîtrise des paramètres essentiels : luminosité, température hygrométrie,  arrosage, fertilisation, ventilation .

Ces rencontres sont des instants de pur bonheur il ne faut pas s'en priver , et ne pas hésiter à les adopter le cas échéant, ni à poser des questions .

 

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Orchidées: genre -généralités & culture

Les orchidées de culture facile et parfumées,  sont en priorité une question de choix personnel .En chacun de nous réside des prédispositions naturelles qui font que nous réussissons mieux telle ou telle plante.

C'est la raison pour laquelle les orchidées qui vont vous être présentées ici n'auront pas  à vos yeux la même " difficulté " certaines vous paraîtrons  d'une réelle simplicité, alors que pour d'autres il vous faudra  plus de temps pour arriver à une complète maîtrise 

Les phalaenopsis restent les championnes tout terrain si les parfumées se rencontrent rarement en jardinerie vous pourrez vous en procurer auprès de producteurs sérieux( liste en fin d'article ) leur culture ne pose aucun problème

                   

Originaire des basses altitude des Philippines 

avec un pic de floraison de février à avril

Ses feuilles épaisses au revers pourpré, présentent des rayures gris argenté très caractéristique

 

 

 

 

 

Parmi le genre Phalaenopsis c'est l'espèce qui a reçu le plus de reconnaissance avec pas moins de 76  certificats AOS

.

très utilisés par les hybrideurs plus de 1600 hybrides en sont issus, la forme Bornéo semble donner les meilleurs résultats 

Ces deux phalaenopsis  qui nous arrivent de Bornéo, Malaisie, Sumatra, sont extrêmement parfumés , ont une floraison plutôt estivale , leur culture ne pose aucun problème 

Origine Indonésie, Sumatra, Nouvelle Guinée très florifère les tiges pouvant supporter jusqu'à près d'une cinquantaine de fleurs en milieu naturel

Originaire d'Indonésie tient son nom de l'île d’Amboise les tiges florales souvent arquées, parfois pendantes peuvent fleurir à l'infini.

Originaire des Philippines très utilisés en hybridation qui se justifie par l'apport de couleurs à sa progéniture , ainsi que la transmission des substances odorantes .

 Originaire des forêts humides de l'Himalaya , des Indes et du Vietnam avec des formes de fleurs étoilées qui s'épanouissent en succession , à remarquer l'originalité du labelle en forme d'encre de bateau

Ses fleurs blanches à jaunes bien ouvertes sont parsemées de petits points rouges dans la partie inférieure, sa floraison est de longue durée.

Un petit échantillon de phalaenopsis parfumés , il en existe d'autre notamment avec les hybrides , il faut juste laisser parler ses émotions en matière de formes et de couleurs.

  Le prochain volet sera consacré aux Cambria , mais avant  un lien avec quelques producteurs que je recommande pour leur professionnalisme. 

http://Jacq orchidees       http://orchidees-vacherot.com

http://Ryanne-orchidee.com      http://lesorchideesduvaldhyeres

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog