Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Orchidium-Vaunage

Orchidium-Vaunage

Passion des Orchidées en partage , leur mode de vie , leur culture , côté jardin les exotiques, tropicales, cactées etc

Articles avec #generalites & cultures catégorie

Publié le par daphnie
Publié dans : #Généralités & Cultures

Classification:  Famille des Epidendroideae Dendrobrinae , le genre compte environ 1800 espèces, il est manifestement le plus vaste parmi la famille des Orchidées .

Étymologie : Le mot est dérivé du latin bulbus  " bulbe " et du grec phullon " feuille " et désigne une plante qui possède de nombreux pseudobulbes plus ou moins longs, qui se développent horizontalement avec un port rampant ou verticalement avec un port  grimpant.  Chaque pseudobulbe munis de nombreuses racines participent à l'allongement de la plante .

Habitât naturel : Asie , Australie, Océanie, Afrique , Madagascar et les îles voisines , Amérique tropicale .l'Asie compte de nombreuses espèces absolument extraordinaire , ainsi que celles rencontrées en Afrique , l'Amérique centrale quant à elle possède des espèces très discrètes .

Description : Ils se présentent sous forme de petites à moyenne plantes de fleurs et de formes très diverses souvent étranges évoquant l'impensable ingéniosité d'une nature jamais à court d'imagination créative .

Les plantes sont très variables pouvant aller de la plante naine à la géante .

 

 

 

 

 

Certaines inflorescences sont en grappes condensées comme une " ombelle "  sépale dorsal libre, sépales latéraux plus ou moins soudés à leur base avec le pied de la colonne pour former un menton. Pétales libres et habituellement plus petits . Le labelle attaché au pied de la colonne entier ou trilobé , épais ; parfois frangé ou pubescent  ( garni de poils fins )  est articulé lui conférant une étonnante stratégie pour la pollinisation.

Culture : Ces plantes ont besoin d'une forte humidité ambiante Les bulbophyllum à développement horizontal cultivés en pot seront placés sur un lit de billes d'argile maintenues toujours humides  , ceux à port grimpant devront bénéficier de vaporisations quotidiennes .

Les conditions de températures dépendront uniquement de l'origine géographique et de l'altitude .

Les Bulbophyllum rentent généralement dans la catégorie des tempérés

Les divisions sont possible , il est souhaitable pour un bon résultat de conserver au moins 3 pseudobulbes

Tous spécimens présentés figurent au catalogue de Nardotto Capello et ci dessous dans ma collection

Merci de votre fidélité

Voir les commentaires

Publié le par daphnie J.D
Publié dans : #Généralités & Cultures

Classification:   famille des Epidendroideae, Laeliieae

Ce genre allié au genre Epidendrum et Cattleya comprend environ 17 espèces dont 15 au Mexique

Étymologie :  le genre fut établi en 1818 par Georges Knowles et Frédéric Westcott et nommé en l'honneur de Georges Barker horticulteur britannique .

Habitât naturel :

Originaire du sud du Mexique, du Guatemala, du Salvador, et du Nicaragua.

On le rencontre principalement sur des chênes , dans les forêts claires à des altitudes comprises entre 1500 et 2500 mètres .

Description :

Epiphytes  ou lithophytes les tiges en formes de cannes sont porteuses de feuilles souvent caduques , linéaires ou ovales ,  marquées de rouge.

L' inflorescence parfois ramifiée  aux fleurs souvent terminales grandes , nombreuses ( 25 à 30 ) de longue durée, parfumées , colorées du blanc , rose lilas , magenta,

Pétales et sépales très semblables  bien étalés , le labelle nettement plus grand s'oriente vers le bas avec un callus caréné ( parti du labelle épaissi formé par les deux pétales inférieurs) parfois teinté de jaune .

Les pollinies sont au nombre de 4

Les inflorescences de nombreuses de ces espèces sont traditionnellement vendues sur les marchés du Mexique en particulier lors des fêtes religieuses.

Culture :

Ils nécessitent une exposition très lumineuse , voire m^me ensoleillée , ils se cultivent en climat tempéré chaud d'Avril à Octobre , tempéré frais en hiver .

Les arrosages seront très réduits en hiver afin de marquer une période de repos , ce qui aura pour effet pour certains , de provoquer une floraison.

Du printemps à l'automne ils seront très copieux avec un apport d'engrais une fois , une fois non .

Ils peuvent se cultiver en panier suspendu , pour ceux cultiver en pot le substrat devra être léger et très aéré avec un rempotage tous les deux ans.

Un passage au jardin l'été dés que les températures sont au dessus de 15° et abritez les plantes en cas de pluie prolongée .

 

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Généralités & Cultures

Classification :   Epidodendroideae , cymbideae, maxillariianae, le genre comporte 9 espèces apparentés aux lycastes , plus 4 hybrides naturels qui ont été classés en deux groupes selon les couleurs de leurs fleurs .

Anguloa à fleurs jaune ou rouge ou encore jaune et rouge  appelés " tulipe jaune "

Anguloa à fleurs blanches ou blanches et roses .

Originaire du Venezuela et de Colombie une floraison qui intervient en période estivale pour une durée de 3 semaines environ.

Etymologie : Le nom du genre en hommage à Don Francisco de Angulo directeur général des mines du Pérou et passionné de la flore florale .

Habitât naturel :

On les rencontre dans les régions tempérées des Andes à des altitudes comprises entre 1500 et 2100 mètres . Venezuela , Colombie, Équateur, Pérou

Description :

Genre sympodial  épiphytes ou terrestres , parfois lithophytes en position plus exposée au soleil, gros pseudobulbes à hautes et larges feuilles plissées souvent caduque à l'automne .

La hampe florale prend naissance à la bas des pseudobulbes , et offre une grande fleur plutôt charnue en forme de coupe , parfumée et peu ouverte.  pétales et sépales libres entre eux et similaires , mais les pétales sont plus petits . sépales latéraux décurrents le long du pied  de la colonne . Le labelle coriace , trilobé est caché par les autres pièces florales

Originaire des zones montagneuses du Venezuela et de Colombie cet hybride primaire entre Anguloa Clowesi et Anguloa hohenlobii est un des plus rare, le revers des sépales est jaune et l'intérieur des sépales et des pétales est rouge .

Les Anguloa sont très proches des lycastes avec lesquelles elles sont très souvent hybridées

Anguloa uniflora fut découverte à Muna sur les pentes orientales de la cordillère des Andes

Culture

choisir des pots stables , bien drainés avec un substrat pour orchidées à changer tous les 2 ans .Les Anguloa supportent mal la chaleur , mais ont besoin de lumière intense sans soleil direct .

Arrosages fréquents en période de végétation du printemps à la fin de l'été , en évitant de mouiller les feuilles et les nouvelles pousses qui sont fragiles .

Garder une hygrométrie autour de 50% est souhaitable .

En hiver les arrosages plus espacés , l’hygrométrie plus faible , l'apport d'eau juste nécessaire pour éviter le flétrissement des pseudobulbes .

Chausson d'amour divin , totalement irrésistible

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Généralités & Cultures

Classification :  Epidendrodeae, vandeae, angreciinae

Le nom du genre du Maltais angueck désignant des épiphytes à croissance monopodiale fut établi par Mathieu de Saint Vincent. Ce genre comprend environ 220 espèces parmi lesquelles certaines sont lithophytes ou semi-terrestre  .

Habitât naturel :  Afrique Tropicale , sud de la Réunion, Madagascar et ses îles notamment l'île de Noisy Be appelé aussi Ile parfumée   , les îles Comores 

On pourrait répertorier ce genre en deux sections les angraecum ( petites espèces )

                                                                                 les angraecum  ( grandes espèces )

Ils vivent en douceur dans les mousses de forêts humides ou à l'inverse dans des conditions extremement dure sur les rochers en plein soleil à 2000 mètres .

Description : Les inflorescences sont axillaires avec une ou plusieurs fleurs en grappe, soit très petites , ou à l’inverse très grandes  , de couleur blanche , verte , jaune ou ocre

Les pétales et sépales libres assez similaires entre eux , et souvent très étalés.

Le labelle presque toujours concave , entier ou lobé possède un éperon basal plus ou moins long , parfois très court , mais toujours rempli d'un nectar qui recueille tous les suffrages .

 Angraecum Germnyacum a des formes particulièrement gracieuses ,il  vit dans les forêts mousseuses de Madagascar entre 1000 et 2000 mètres

 

 

 

Ces orchidées dépourvues de réserve offrent une étonnante diversité de dimensions, de formes, de tailles de fleurs et de feuillages. Seul point commun le parfum

Pollinisation : les espèces à éperon long sont pollinisées par des papillons nocturnes style sphyngidés ,    xanthopan morgani praedicta , celles sans parfum et à éperon court sont pollinisées par d'autres animaux .

Ainsi Angraecum striatum de l'île de la Réunion est pollinisé par de petits oiseaux de la famille des zosteropidae  (oiseaux à lunettes )

Culture : sans période de repos , arrosages réguliers abondants pendant la période de végétation, plus espacés ensuite avec un engrais équilibré 1 arrosage sur 2

Maintenir un taux d'humidité entre 75% et 80%

La culture à l'extérieur est possible  de juin à fin Août  en région Occitanie plus tard pour ceux cultivés en serre froide, les températures extérieures ne doivent pas descendre en dessous de 10°

Rempotage:  Seulement lorsqu'ils débordent de leur contenant , ils ont horreur d'être dérangés

Remarque particulière  : Lors des vaporisations du feuillage , veillez à ce que l'eau ne stagne pas au point d'attache des feuilles .

 

 

 

 

 

 

 

 

dont la particularité est d'avoir des feuilles cylindriques

L'une des plus belles espèces surnommée

La comète de Madagascar

Merci de votre fidélité

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Généralités & Cultures

               

       Les Barkeria                 

 

 

  

Le genre est dédié à George Barker horticulteur Anglais il se rencontre sur la côte pacifique de l'Amérique Centrale et comprend 17 espèces sympodiales donc 15 au Mexique ,

épiphytes ou lithophytes sous un climat tropical chaud avec une saison sèche hivernale marquée

Ils se présentent sous forme de pseudobulbes à l'allure de gros crayons à l'aspect grêle au sommet desquels naissent des inflorescences

 

Classification : tempéré frais 

Support de culture :  substrat léger de fines granulomètrie 

Période de floraison : printemps , été , automne

Période de repos : principalement en hiver

Durée : très longue 8 semaines et parfois plus 

Parfumé : non sauf pour certaine espèces  (barkeria spectabilis x epidendrum criniferum )

Température :  ils se cultivent très bien avec 15° à 27°le jour  10° à 16° la nuit

Luminosité : beaucoup de lumière en hiver, ombrés pour les autres saison en heures chaudes 

Arrosages : abondants et réguliers pendant toute la période végétative, très légèrement en hiver 

Hygrométrie : 60% à 65% vaporiser le feuillage en cas de fortes chaleur

Fertilisation : 1 fois sur deux en période de végétation , sur 3 lorsque les cannes sont arrivées à maturité.

Rempotage : pour les barkeria aux racines extérieures choisir de les monter sur écorce pour les autres tous les 2 ou 3 ans.

Multiplication : par division des pseudo bulbes à l'occasion d'un rempotage .

Résumé : facile de culture , floraison de longue durée , peut très bien se cultiver en appartement 

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Généralités & Cultures

Un épiphyte (  du grec épi, sur, et phyton, plante ) est une plante qui pousse sur une autre , , mais sans y prélever de nourriture. Il n'est donc pas un parasite, seulement une plante qui veut vivre plus haut.

Les  orchidées épiphytes se sont réfugiées dans les arbres pour chercher la lumière, l'eau et les nutriments,dont elles auraient été privées par la végétation dense et étouffante des forêts .

Elles s'accrochent à l'écorce de leur hôte à l'aide de racines crampons, ou de tiges, et de rhizomes embrassant , profitant ainsi d'une luminosité optimale , de la pluie et par celle-ci  de la nourriture , sous forme d'éléments minéraux dissous , provenant des fientes animales .

                      Cette stratégie est vitale pour la survie des orchidées

Les orchidées lithophytes : ( du grec, lithos, pierre, et phyton, plante ) fuient la dure vie au sol dans les environnements densément boisés , ou diversement hostiles, en recherchant des sites plus élevés, non des arbres, mais des rochers.

C'est le cas de paphiopedilum bellatulum qui préférant les substrats alcalins pousse sur les rochers calcaires à pic

Explorant le mont Gavea près de Rio de Janeiro le chasseur d'orchidées George Gardner  localisa une espèce que l'on croyait disparue depuis 1818.

Sur les versant de la montagne à hauteur de plusieurs centaines de pied hors de portée de l'avidité des collectionneurs poussait tranquillement

Cattleya labiata

Pour de nombreuse espèces le choix n'est pas si restreint ; elles peuvent être lithophytes et épiphytes. pareillement les espèces lithophytes ne sont pas confinées aux crevasses et aux pentes rocheuses naturelles.

Le collectionneur Benedict Roezl  trouva  sur le toit d'une chapelle à Totonicapan, au Guatemala , Cattleya skineneri V. alba  probablement installée par des indiens qui cherchant à se protéger avaient fixé là cette plante emblématique de leurs dieux

 

 

 

 

 

 

 ici dans sa forme pure

 

On sait que certaines orchidées litophytes poussaient sur des constructions plus primitives, les ruines Inca du Machu Pichu abritaient de vastes colonies de Masdevallia veitchiana

 Tandis que cette espèce de Phragmipedium originaire du Pérou se plait dans les gros galets baignant dans le courant des rivières.

ces deux dernières espèces lithophytes - Masdevallia dans les brumes et les nuages , les Phragmipedium dans l'écume et les remous n'ont guère de problème d'humidité. Par contre certaines espèces épiphytes et lithophytes ont à faire face au manque d'eau ou d'humidité atmosphérique. Cest un défi qu'elles ont du relever en développant d'ingénieuses stratégies.

Les orchidées saprophytes ( du grec sapros, putride, et phyton ,plante ) ont su résoudre parfaitement le problème de la lumière et de la nutrition minérale, tirant leur nourriture grâce à une association symbiotique avec des champignons vivants sur les matières végétales en décomposition .

Les orchidées saprophytes sont totalement dépourvus de chlorophylle(  ci dessous image du net ) constituées de tissus charnus étrangement colorés, restant presque toujours dans l'obscurité, pour n'apparaitre que brièvement lors de la reproduction.

ci dessous image du net Epipogium aphyllum orchidée fantôme d'une beauté mystérieuse et impossible d'entretenir  en culture

Les saprophytes ne sont pas toutes aussi secrètes Galeola genre originaire de l'Est Asiatique émet des tiges qui grimpent haut dans les arbres , et est  capable d'atteindre des hauteurs de 20mètres en autant de jour .Du

Du fait du caractère unique de leurs écosystèmes et de la fragile complexité de leur relations symbiotiques dont elles dépendent, les orchidées saprophytes sont presque impossible à cultiver.

          

  

                                

.

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Généralités & Cultures

La sphaigne nom "barbare " qui pose souvent questionnement

En réalité il s'agit d'un substrat de premier choix qui additionne de multiples qualités comme

une bonne hygrométrie, un stimulant racinaire,et un anti-bactérien du à son PH acide  4,8 et aux taux élevés de lignine ( support soutenant les éléments racinaires  apport d'eau et de sel )  et de polysaccharides qui la composent.

La sphaigne a un aspect très différent des supports à base d'écorce , elle se présente sous forme de paquet compressé et sèc.

Il convient de la réhydrater avant son utilisation. la placer dans un récipient et laisser tremper 15 à 20mn. Vous pourrez ainsi la voir doubler de volume.

Cette mousse pousse à l'état naturel dans certains marais du Chili , sa lente décomposition aboutit à la formation de tourbe.

Rappelons que la sphaigne Européenne est interdite de récolte

pour ma part je l'utilise beaucoup lorsque je fais des  boutures ou des divisions quelques billes d'argile au fond du pot puis la sphaigne venant se loger autour de la plante bien équilbrée dans le pot à l'aide d'un tuteur je maintient le tout humide

la reprise est quasiment assurée , rapidement on assiste à l'émission de petites radicelles 

En faisant l'essai sur une plante en mauvais état avec un système racinaire quasiment inexistant , les résultats obtenus en quelques jours seront probants .

En ce qui me concerne elle est devenue un élément incourtournable dans ma façon de cultiver les orchidées.

 

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Généralités & Cultures, #orchidées
Généralités & Cultures
Les Zigopetalum

Les Zigopetalum

Les zigopetalum doivent leur nom à un petit détail la base du labelle est en forme de joug.

leur beauté est égale à leur parfum.

Habitât :

le genre qui comprend environ entre 20 et 24 espèces ce rencontre au Brésil, Argentine, Pérou, et Paraguay.

Classification :

tempéré , frais

Support de culture :

Un compost de moyenne granulométrie ne pas hésiter à un ajout de la sphaigne.

Période de repos :

Aucune

Période de floraison :

Suivant le genre printemps, automne, hiver.

Durée :

4 à 6 semaines

Parfumé :

Oui et très agréable

Température :

jour 16° à 28° nuit 13° à 16° Les écarts de températures sont importants en période estivale, ils peuvent supporter de fortes températures si les nuits restent fraîches.

Luminosité :

Moyenne

Arrosage :

Abondant, régulier pendant toute la période du développement des pseudo-bulbes réduire dés la fin de leur maturité et se contenter de pulvérisations .

Humidité :

Entre 60% et 75% avec une bonne ventilation le gaufrage des feuilles sera un avertissement d'un manque, signalant un équilibre à rétablir par vaporisation .

Fertilisation :

Apport d'engrais un arrosage sur deux en période de nouvelle végétation puis réduire à 1 sur 3

Rempotage :

Un rempotage tous les deux ans à moins que la plante n'est pris trop d'expansion et soit gênée dans son développement.

Multiplication :

Par division de pseudo-bulbes lors d'un rempotage.

Résumé :

Accorder une attention particulière aux jeunes pousses sensibles à la pourriture, ne pas les mouiller pendant les arrosages.

Un passage à l'extérieur en saison estivale à l'ombre est très profitable.

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Généralités & Cultures, #orchidées
Généralités & Culture

Rempotage

Matériel : Pots de différentes grandeurs, de préférence en plastique

Billes d'Argiles

Polystyrène

Compost spécial orchidées de différentes granulométrie

Sécateur

Vaporisateur

Poudre désinfectante style Aliette

Hormone de reprise ( facultatif )

de la sphaigne

Pots : ils seront passées sous l'eau javellisée, et brossés pour éviter toute contamination

avec les pots déjà utilisés, il peut y avoir des œufs en dormance, donc on va de

cette façon en principe les éliminer.

Les prévoir de différentes grandeur, ne pas perdre de vue qu'en règle générale les

orchidées se plaisent à l'étroit, et qu'une fois la plante débarrassées des racines

endommagées, ou mortes toujours source de pourriture future, la plante risque

d'être plus petite.

Compost : de différentes granulométrie . Pour une plante avec de grosses racines on

choisira un compost relativement grossier, et plus fin pour celles à petites racines

On peu également choisir de la sphaigne ce qui semble parfaitement leur

convenir seule contrainte maintenir celle-ci toujours humide.

Sécateur : Il devra être passé à la flamme, toujours dans l'objectif de ne pas contaminer

la plante.

Opération rempotage : elle passe forcement par le dépotage. Prendre des précautions

pour ne pas abimer la plante, au besoin casser le pot. La débarrasser à l'aide

du sécateur, de toutes les racines mortes ou endommagées. Prendre soin de ne

pas détruire celles qui sont vivantes et assureront la reprise. Certaines plantes

trop grosses pourront à cette occasion faire l'objet d'une division ( exemple une

potée de cymbidium ) s'assurer qu'il y ait au moins trois jeunes bulbes dans

chacune des divisions.

Tremper la plante dans l'eau additionnée d'un d'Aliette pendant quelques 5 Mn

pour éliminer toutes possibilités d'infection parasitaire.

Prendre un pot, déposer dans le fond des billes d'argiles, y ajouter des morceaux

de polystyrène , cela va permettre à l'eau de s'écouler correctement, et de

préserver à la plante une réserve d'humidité, puis le compost légèrement

humidifié. Installer la plante en tapotant le pot sur le plan de travail pour permettre

aux racines de se placer confortablement, ne pas tasser avec les doigts pour ne

pas les abimer.

Si votre choix ce fixe sur de la sphaigne , mettre toujours des billes d'argiles au

font combler le pot avec la sphaigne humidifiée et avec les doigts y installer la

plante maintenir une humidité constante.

La plante sera ensuite laissée au repos pendant 15 jours à 3 semaines, on fera

juste quelques vaporisations pour éviter la déshydratation.

Dés l'apparition de nouvelles pousses , feuilles, ou racines, on reprendra

normalement arrosage et fertilisation.

Voir les commentaires

Publié le par daphnie
Publié dans : #Généralités & Cultures

20030101 07 Ludisia discolor

Ces petites fleurs d'un blanc crémeux dotées d'une tâche de jaune émergent d'un long épis coloré rose foncé et sortent d'une touffe de feuilles pourvues d'une agréable texture veloutée.

Leur distribution géographique se situe en Chine, Inde, Birmanie, Nouvelle- Guinée et, Java

Classification :

Tempéré, chaud

Support de culture :

Un substrat de fine granulométrie qui retiendra l'eau mais sans excés

Période de repos :

aucune

Période de floraison :

printemps , été

Durée :

4 à 5 semaines

parfumé:

non

température :

chaudes 18° à 28° le jour / 18° à 22° la nuit

Luminosité :

une lumière tamisée, en appartement tout leur convient, en été éviter une exposition plein sud , privilégiez l'extérieur à l'ombre tamisée des grands arbres en surveillant les gastéropodes qui en sont friands.

Arrosage :

le compost doit resté humide toute l'année sans pour autant être détrempé.

Humidité :

entre 60% et 75% avec une bonne ventilation.

Fertilisation :

Un engrais équilibré tous les 15 jours sans intérruption.

Remptage :

environ tous les deux ans privilégiez des contenants plus larges que profonds les rhizomes ont tendance à s'étaler.

Multiplication :

au cours du rempotage se servir des rhizomes parfois coupés au cours de l'opération pour en faire de nouvelles boutures.

Résumé :

Plante très facile de culture décorative qui s'adapte parfaitement en appartement

thumb-orchis jaune neon rose

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog