Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Orchidium-Vaunage

Orchidium-Vaunage

Passion des Orchidées en partage , leur mode de vie , leur culture , côté jardin les exotiques, tropicales, cactées etc

Publié le par daphnie
Publié dans : #Orchidées: genre -généralités & culture

Les Orchidées sont les végétaux dont les fleurs sont les plus perfectionnées pour attirer les pollinisateurs.

Adoptant " l 'oligophilie "  n'acceptant qu'un nombre restreint d'espèces de pollinisateurs, voire une espèce, et on parlera alors de " monophilie "

Pour parfaire leur séduction elles ont ajouté à leur panoplie de nombreux stratagèmes .

Semblant jouer avec les insectes en mode :

 " l'amour sado-masochiste "

 " attirance sexuelle "

 " leurres "

imitant des essaims, des fausses fleurs, des matières en voie de décomposition,

se déguisant en autres fleurs , ou en champignons,

offrant aux insectes le gîte et le couvert,

produisant des parfums , dont les insectes vont se couvrir pour séduire leur partenaire.

droguant leur pollinisateurs pour mieux les abuser. 

Attractives par leur forme, leur couleur, leur odeur, il faut y ajouter la patience .

Certaines fleurs d'orchidées peuvent rester épanouies des mois dans l'attente de l'insecte qui viendra les visiter le record est détenu par 

Grammatophyllum multiflorum  9 mois de floraison 

Autre caractéristique elles se sont adaptées aux rythme de leur pollinisateur, les orchidées fécondées par des papillons nocturnes , sont souvent blanches , et ne sont odorantes que la nuit.

L'Angraecum sesquipedale possède un éperon de 30 cm de long au fond duquel baigne un liquide sucré .

Le sphinx nocturne Xanthopan  margani prédicta  possède sur sa tête une spirale   qu'il déploie en découvrant le parfum de l'orchidée pour devenir une trompe de 30 cm .

Nous savons aujourd'hui que 200 espèces d'Angraecum possèdent toutes leur sphinx, la longueur de leur trompe correspondant parfaitement  à celle de l'éperon de l'orchidée.

les Angraecum s’inscrivent dans le couple indissociable , représentant un cas typique de monophilie. 

En mode intelligence ,

les orchidées qui sont visitées par plusieurs espèces d'insectes se sont organisées pour éviter d'être fertilisées par le pollen de leur voisine.

Cymbidium insigne et Dendrobium infundibulum sont tous les deux visités par 

                                                       Bombus  exinus 

Le pollen des deux orchidées se trouve au bout  de colonnes de tailles différentes

Celle du Cymbidium est longue et va  déposer le pollen sur le dos de l'insecte .

Celle très courte du Dendrobium va le coller sur sa tête 

Lorsqu'il visitera une autre orchidée ( Cymbidium ou Dendrobium)  la livraison du pollen ne s’effectuera que pour l'orchidée concernée, ne délivrant le pollen que sur le stigmate de la fleur de l'espèce dont elle provient.

  En mode violence,

Les Catasetum ont établi avec les bourdons des relations plutôt violentes

Elles proposent aux bourdons de se parfumer pour séduire leur partenaire, l'obtention ne se fera pas sans danger.

La fleur mâle possède un mécanisme , qui au moindre  attouchement catapulte violemment  le pollen sur la tête de l' insecte qui n'en reste pas moins K .O le choc est souvent fatal 

Malgré cet accueil redoutable, les Catasetum n'en restent pas moins très visités  par les 

                                               Eulaema bombiformis

qui n'hésitent pas à braver le danger pour récolter des gouttelettes d'une substance à forte odeur de menthe 

Plus tard ils vaporiseront  ce parfum avec leurs ailes, pour séduire leurs partenaires 

Plus rusée Eulaena nigra ( deux espèces très proches ) se contente d'effleurer le labelle avec ses pattes arrières , qui se chargent de pollen, sans déclencher la catapulte.

Les Coryanthes sont source de parfum pour les Euglosse en pleine floraison ils attirent

 

_une nuées d'insectes , qui complètement excités virevoltant dans tous les sens finissent par s'entrechoquer et tomber dans le baquet  pour finir noyés pour la plupart .

Les chanceux ou plus résistants découvrent à l'arrière du baquet , des poils positionnés comme des barreaux d’échelle.Il ne reste plus qu' à les escalader , mais dès leur engagement l'orchidée déclenche un mécanisme qui resserre les parois du couloir, obligeant   l'insecte à se débattre en tous sens , ce qui aura pour but de coller du pollen  sur son thorax .

Ce piège reste fermé au moins une dizaine de minutes , si l'insecte en ressors vivant malgré ces turbulences excessives il repartira vers une nouvelle fleur trop attiré par le parfum de celle-ci ..

Allez donc savoir !!! c'est inévitable,  il tombera à nouveau dans le baquet, et cette fois en traversant le couloir de l'horreur un crochet viendra se saisir du sac de pollen 

La mésaventure quelques peu violente aura servi à polliniser la fleur .

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog